Salut à toi ô Voyageur des Internets (et ami(e) stalker).

Cela faisait un bail que je n’étais pas passé par ici. Mais non, je ne t’ai pas oublié. Oui, toi, le visiteur unique de ce modeste carnet de bord en ligne. Mais disons que j’ai eu quelques mois compliqués.

Il y a quelques années, je t’aurais raconté par le menu mes aventures me laissant parfois penser que je vis dans une série TV. Aujourd’hui, je n’en ai pas envie.

La fin d’année et le début de celle-ci ont été difficiles, douloureux. Mais aujourd’hui, je pense que ça va. Comme dirait l’ami Joey, me voici « Back dans les bacs ». Ces dernières semaines, j’ai découvert le concept de résilience, je me suis rendu compte que je n’avais pas forcément été un très bon ami, mais que néanmoins j’étais entouré de gens bien. Et nombreux.

Je pense ne pas avoir été le meilleur ami de la Terre car ces dernières années, j’ai essayé de me concentrer sur certaines choses. Ma famille. Je crois avoir fui les problèmes. Ne pas avoir été là pour les amis en difficulté. Avoir davantage accordé d’importance au futile.
Je remercie tous ces gens, ces amis, ces relations pro qui ont pris le temps d’écouter mes conneries. J’ai vu pas mal de monde ces dernières semaines. Des amis de longue date, d’autres rencontrés plus récemment mais avec le lien créé est tout aussi fort.

On m’a balancé des banalités, des mots qui réconfortent, on a entendu ma colère. J’espère que le gros de l’orage est passé.

Hier, je me suis rendu à une fête de Printemps, à laquelle j’ai revu des amis de longues dates. Et même de jeunes adultes dont je me suis occupé lorsque j’étais grand chef scout. C’est rigolo de voir un type ou une nana d’environ 25 piges s’approcher de toi tout sourire et te dire tout simplement : salut Baloo !
C’était une bonne soirée. Voir que ces gamins que j’ai connus lorsqu’ils avaient huit ans sont devenus des grandes personnes qui bossent dans des startups, montent leur boite, reviennent d’un long séjour à l’étranger.

Tous ces amis qui ont un mot gentil. Qui me témoignent leur amitié. Qui jurent que je suis un type bien. Je vais finir par les croire.

Comme je l’écrivais plus haut, je suis back dans les bacs. Aymeric a mis un mot là-dessus. La résilience, ou la capacité pour un corps, un organisme, une organisation ou un système quelconque à retrouver ses propriétés initiales après une altération (source : Wikipedia). Il aura fallu un peu de temps. Mais aujourd’hui ça va. J’ai des potes en or, je m’en rends compte maintenant. J’ai un boulot intéressant, bien que pas facile tous les jours. Des collègues sympa, intéressants, étranges, originaux.

Je ne sais pas si d’un point de vue astral il était écrit que 2015 allait être une année pourrie. Et moi qui répétait il y a quelques temps « vivement 2016 », je suis désormais d’attaque pour cette seconde moitié de l’année qui arrive.

35 piges bientôt, des amis en or massif, sans oublier l’inénarrable mini-moi. C’est reparti.