Publié le

Vengeurs, rassemblement !

Avengers Rassemblement, c’est tous les samedis à 9h05 et chaque vendredi à 20h35 dans le Bloc Marvel Universe sur Disney XD !

avengers rassemblement

Le spin-off de la série Avengers : L’Equipe des Super-Héros (diffusée sur Disney XD la saison passée) voit un nouveau personnage rejoindre les Avengers : Falcon. C’est d’ailleurs la première fois que ce personnage prend vie à la télévision dans une série animée.

Sous le commandement d’Iron Man, tous les Avengers cohabitent et s’entraînent ensemble dans leur quartier général, la Tour Avengers. Ils doivent s’entraîner durement car les plus dangereux vilains veulent conquérir le Monde (Dr Doom, Attuma, Dracula…).
Il n’y a que le rassemblement des Avengers pour stopper leurs machiavéliques plans…

Publié le

Les Tortues Ninja Tome 1

Les reboots sont à la mode ces dernières années (ne dit-on pas que c’est dans les vieux pots…). Batman, Spiderman,… Restons dans les « super-héros », avec les TMNT. Il me semble avoir vu sur France 3 un bout d’épisode de la nouvelle série Les Tortues Ninja façon images de synthèse (ou un truc approchant).

Et bien voici à présent la BD. Même traitement graphique pour ce tome 1, dans lequel l’histoire fait du quasi-sur-place. On retrouve Maître Splinter et ses quatre rejetons. On assiste à un rapide entrainement, puis à la leçon du maître. Pour leur anniversaire, Leonardo, Raphaelo, MIchelangelo et Donatello ont la permission de sortir découvrir New-York. L’occasion de leur première bagarre et leur première rencontre avec la jeune April O’Neil.

Franchement, je n’ai pas accroché. Etant jeune, je regardais le dessin animé, je tentais de passer les niveaux à TMNT sur Amstrad ou Gameboy. C’était sympa. Là, je n’accroche pas. C’est principalement le traitement type « image de synthèse » qui me gêne (j’ai le même souci avec la version d’Iron Man sur le même traitement).

Bref, si tu es jeune, que tu ne connais pas les tortues (si tu as entre 5 et 10 ans), vas-y fonce découvrir la BD (en plus, dans ce tome 1, des stickers Panini te seront offerts. Si tu as kiffé les tortues étant jeune et que tu veux partager ce bon moment avec ton petit neveu, fonce aussi. Si tu es un vieux con comme moi et que tu achètes la BD pour toi, tu risques une légère déception.

IMG 5221

PS : les éditions Soleil m’ont envoyé spontanément et gracieusement le volume 1. J’ai tenté d’être sincère dans cette rapide note. En espérant que vous continuerez à m’envoyez de temps en temps vos nouveautés (j’aime beaucoup ce que vous faites). Bisous !

Publié le

L’expérience « be the Wolverine »

 

BE THE WOLVERINE

Pour célébrer la sortie de WOLVERINE Le Combat de l’Immortel, 20th Century Fox International donne vie à WOLVERINE avec BE THE WOLVERINE, une expérience Kinect unique qui permet de participer à une aventure interactive. L’expérience permet aux fans de « devenir » un des personnages MARVEL les plus emblématiques, en simulant le combat de Wolverine sur un train allant à grande vitesse, tout en traversant Tokyo. En tranchant des obstacles et en se défendant d’attaques de ninjas, les fans connaitront un frisson virtuel, basé sur une scène excitante du film à venir, WOLVERINE Le Combat de l’Immortel.

 

BE THE WOLVERINE utilise la technologie Kinect pour identifier un fan qui passe à proximité, activant un hologramme pour attirer et inviter à l’interaction. Une fois l’expérience complétée, les fans ont ensuite l’opportunité de partager une photo d’eux via Facebook.k

 

Après la démonstration en avant-première pendant les 4 jours de la Fête du Cinéma  au Kinepolis de Lomme, rendez-vous au Citadium Paris du 20 au 27 juillet pour vivre l’expérience Kinect. (Citadium Paris, 50 -56 rue de Caumartin – 75009 Paris)

Publié le

700 comics Marvel gratuits !

Vous vous souvenez peut-être qu’il y a quelques semaines une offre similaire avait été proposée par l’éditeur. Submergés, les serveurs de Comixology étaient alors tombés. L’offre est de nouveau disponible, mais attention, cette fois il faudra vous y inscrire pour en profiter. A partir du 11 avril, les inscrits recevront un email leur indiquant qu’ils peuvent aller piocher dans 700 « free issues ».

Pour en profiter, c’est ici : https://promo.marvel.com/

Publié le

Badass : dead end

Sur les conseils de mon dealer, j’ai fait l’acquisition et la lecture de BadAss, volume 1. Ce comics que l’on doit à Hanna, Bessadi et Georges, met en scène Dead End, anti-héros ayant beaucoup beaucoup de chance…

À découvrir !

20130127-225419.jpg

Publié le

[comics] The Authority (volumes 1 et 2)

J’ai découvert (sur le tard ok ok) Authority, un comics édité initialement par WildStorm et paru en France chez Panini Comics. The Authority est un spin-off de StormWatch. C’est une équipe de superhéros, post-humains, qui veille sur le monde… sans pour autant faire dans la dentelle. Pas de compromis possible pour cette équipe qui, sous prétexte de faire de la Terre un monde meilleur, n’hésite pas à imposer ses propres règles du jeu (pas comme ces tapettes de X-men diront certains).

Je viens d’achever la lecture des tomes 1 et 2, scénarisés respectivement par Warren Ellis et Mark Millar. C’est vous dire… Il est question dans ces deux volumes de conflit planétaire et de politique internationale. Dans le second volume, Mark Millar et le dessinateur Frank Quitely confèrent à l’équipe une posture plutôt révolutionnaire, à travers le personnage de Jack Hawsmoor notamment.

Au-delà de l’histoire, les personnages sont également à contre courant. Deux des membres mâles de l’équipe sont en couple (ils adopteront même un enfant…) et le « Docteur » est accro à l’héroïne. J’aime beaucoup ce côté subversif du super-humain (que j’avais apprécié lors de la lecture de la série DV8, parue chez Image).

The Authority : l’équipe

Dans le premier tome, The Authority est emmenée par Jenny Sparks, l’ « esprit du XXème siècle », capable de manipuler l’électricité. Jack Hawksmoor est le « dieu des villes » qui communique avec les cités à travers le monde, desquelles il tire d’ailleurs sa force. C’est lui qui prendra la tête de l’équipe dans le tome 2.

[quote_right]Midnighter et Apollo sont le couple de l’équipe.[/quote_right]

Ces deux hommes sont respectivement une machine à tuer, capable de prévoir les coups de ses adversaires (par un calcul savant de toutes les combinaisons possibles…) et le quasi-dieu du soleil. En effet, Apollo tire ses pouvoirs du rayonnement solaire, lui permettant de voler et de lancer des rafales destructrices. Vient ensuite le toxico de la bande, alias le Docteur, shaman de la Terre, doté de pouvoirs magiques considérables. Swift est une femme ailée et l’Ingénieur est enfin une scientifique pourvue d’un corps dans lequel circule quatre litres de métal liquide. Personnage intéressant, elle peut faire apparaitre n’importe quel type de machine.

Toute cette petite équipe squatte le Porteur, un vaisseau inter-dimensionnel aux dimensions incroyables (il est fréquemment rappelé que le Porteur est une sorte d’organisme vivant de 75 km par 50).

Les scénarios sont bons (en même temps, vous avez vu qui les signe…). La lecture de The Authority m’a un peu mise « mal à l’aise », peut-être parce que je préfère mes super-héros plus « fleur bleue » (mon mutant préféré étant Cyclops). Mais je ne regrette pas cette découverte (qui m’a par ailleurs donné envie de me plonger dans StormWatch, que j’avais snobé à l’époque de sa première parution…).

Publié le

Judge Dredd Mandroïd : la loi, c’est lui !


[dropcap1]J[/dropcap1]udge Dredd. Les connaisseurs et amateurs sauront déjà qu’il s’agit d’un comics US, mais pour moi, tout ça c’est nouveau. Le comics, je n’y avais encore jamais touché, à part au cinéma. Le format souple et les histoires de super-héros m’ont toujours quelque peu rebuté au premier abord. Mais cette première est plutôt sympa. D’abord il s’agit d’un cadeau, ce qui fait toujours plaisir, et en plus l’édition se rapproche de la BD classique et du livre. Couverture rigide, format légèrement inférieur à du A4 et plus de 145 pages. [quote_center]Mais Judge Dredd Mandroïd, qu’est-ce que c’est, mis à part ces détails purement techniques?[/quote_center] Comme tout comics qui se respecte, on a un super-héros, personnage central de l’histoire, entourés de quelques amis mais surtout de beaucoup de méchants. Oui, parce que notre bonhomme, le sergent Nate Slaughterhouse (Abattagemaison en français) il est gentil. Il tue tout le monde sur son passage mais nous on lui pardonne parce qu’il est gentil. Et on lui pardonne pour la simple et bonne raison que c’est pas simple d’être réformé de l’armée, de partir vivre dans un hlm-bidon ville de Méga-City One avec sa femme et son gosse et d’avoir un corps mi-homme mi-robot (d’où le « Mandroïd ») le tout en l’année… on sait pas vraiment quand, mais c’est dans plutôt longtemps quand même ! Et en plus, Nate, il a pas de bol. Des mafieux ont décidé de lui pourrir sa vie déjà pas marrante en s’en prenant aux deux êtres les plus chers à ses yeux : madame et fiston Slaughterhouse. Grosse erreur messieurs les mafieux ! Fallait pas lui faire ça ! Nate n’a déjà pas un caractère très doux, alors lui faire tout péter à la gueule sans réussir pour autant à le tuer, c’est moyen comme bonne idée… Du coup, il va se venger. Et on en attendait pas moins ! Le truc, c’est que la police (déguisée en Power Rangers) n’est pas vraiment d’accord et va tout faire pour l’empêcher de régler ses comptes à sa façon. C’est qu’ils sont gentils mais pas non plus super arrangeants les juges. Mais encore une fois, le scénar (très bon au demeurant) reste écrit par un américain et aux États-Unis, la police est toujours débordée et dépassée par les événements sauf un gars – un bien, brave et bon et plus intelligent que les autres – qui comprend les tourments du héros et accepte de le laisser poursuivre sa mission destructrice parce qu’il le faut bien si l’on veut éliminer toute cette racaille qui moisit dans les basfonds et qu’à défaut de Karcher un Mandroïd haineux, ça fait très bien l’affaire. Tout est là, réuni en un tome et l’on retrouve tout ce qui fait les clichés et plaisirs de lire un comics. Le héros, les méchants, le côté sombre, la puissance, la vengeance, l’action,… Côté scénario, tout s’enchaîne et se suit sans longueurs. La fin laisse cependant un peu en haleine par la brutalité du dénouement et sa rapidité extrême qui clos l’histoire en quatre pages. Par ailleurs, vu que la série est sortie en magazine (2000AD pour les puristes) lors de sa première parution – ce qui signifie page par page sur plusieurs mois -, trois dessinateurs se sont succédés afin de donner vie à l’histoire. On remarque ainsi les styles et les traits des personnages qui se transforment selon la main et la vision du dessinateur du moment. Perturbant mais pas autant que de lire le dernier Lucky Luke puis le premier. Voilà ce qu’on peut dire de ce petit ouvrage. Est-ce un classique du genre ? Je ne sais pas, mais ce qui est sûr c’est qu’il a été adapté en film où Judge Dredd est incarné par Sylvester Stallone. J’en ai vu un extrait, j’ai pas osé affronter la suite. A vous de voir si vous en aurez le courage, mais commencer par le comics me semble une bonne solution.


Ce billet a été rédigé par Paul, à qui j’ai offert l’exemplaire de Judge Dredd Mandroïd envoyé par les éditions Soleil, en l’échange d’une petite review. Il a un peu tardé avant de m’envoyer sa note. Il s’en excuse platement 🙂

Publié le

Wolverine : old man Logan

Je viens d’achever la lecture de Wolverine : Old Man Logan et en V.O. pour une fois.

Cet épisode se passe dans un futur proche, après que tous les super-héros ont été décimés par une ligue reunissant tous les super-vilains. Seul Wolverine semble leur avoir échappé, et il vit maintenant dans une ferme reculé, en compagnie de sa femme et de ses deux enfants. Car oui, Logan – car c’est désormais son seul patronyme – a fondé une famille.

Retiré du monde, il a tiré un trait sur son passé, a juré de mener une existence paisible et d’ailleurs cela fait près d’un demi siècle qu’il n’a pas sorti ses griffes d’adamantium.

Bien que retiré du monde, la vie n’en est pas moins douce. Après avoir decimé les gentils, les super-vilains se sont partagés la surface du globe. Les Logan vivent pour leur part sous le joug de la famille Hulk, à laquelle ils versent un impôt mensuel (sous peine d’avoir de gros problèmes avec les petits enfants de Bruce Banner).

Mais voilà qu’un jour, les Logan n’arrivent pas à réunir la somme. Les Hulk leur laisse alors un mois pour réunir l’argent. Ou sinon…

Hasard ou non, Hawkeye (Oeil de Faucon) passe par là dans la SpiderMobile. Devenu aveugle à cause d’un glaucome (c’est moche pour un archer), le vieux Vengeur propose un marché à Logan : lui servir de copilote jusqu’à New Babylon en récompense de quoi il lui versera une très forte somme d’argent (les mettant ainsi à l’abri des menaces des géants verts pendant un bon bout de temps).

Bien entendu, Logan va accepter et on se doute bien qu’à un moment ou à un autre le fameux « SNIKT » va retentir au moment où les griffes d’adamantium referont leur apparition.

Je n’en dis pas plus car je risquerais de spoiler. La fin est plutôt inattendue, l’ensemble bien « dark » et bien violent. A lire !

Publié le

X-men : La Fin, volume 1

Je viens de terminer la lecture du tome 1 de X-men : La Fin de Claremont et Chen (à qui l’on doit respectivement le scénario et le dessin). X-men : La Fin est une réédition en version Deluxe chez Panini d’une histoire éditée initialement en plusieurs volumes.

L’histoire

Nous retrouvons les X-men dans un futur proche. Nombreux sont ceux parmi les mutants à avoir formé une famille. Cyclope, ou encore Gambit, sont à présent papas. Les X-men, et plus largement les mutants, semblent en passe de réussir à s’intégrer aux humains (Kitty Pride est même candidate à la mairie de Chicago). Seulement, à l’autre bout de la galaxie, le Phoenix (as known as Jean Grey) renait de ses cendres. Et à partir de ce moment là, ça devient un peu le bazar…

Si le dessin est magnifique, le nombre pléthorique de X-men présenté dans ce premier volume m’a fait perdre le fil plusieurs fois. Je ne dirai pas que c’est brouillon, mais il faudra faire preuve d’attention, voire se munir de son encyclopédie Marvel pour replacer les différents personnages.

Serait-ce la fin des X-men comme l’annonce le titre ? La suite au prochain numéro (car la série est en deux volumes).