Catégorie : Social Media

J’ai lu il y a peu un billet de Maitre Eolas, relayé par Catpointzero, sur la responsabilité (mais aussi les obligations) des blogueur.

J’avais arrêté de lire la prose du maitre après le vote et la publication au JO de la DADVSI. Des billets toujours très intéressants… et denses.

Je suis donc retourné sur le blog de maitre Eolas pour lire son billet publié fin mars sur la responsabilité des blogueurs. A l’issue de celui-ci, j’ai ajouté dans le footer une page « Mentions légales », dans laquelle figure le nom de l’hébergeur de ce blog (OVH), ceci dans le but d’éviter toute sanction (un an d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende article 6, III, 1° et VI, 2°.

Pas concerné pour le moment, la lecture du billet m’a également appris quelques obligations du blogueur, telle que la publication d’un droit de réponse dans les trois jours de la réception de la demande de toute personne nommée ou désignée dans le service de communication au public en ligne sous peine d’une amende de 3 750 EUR, sans préjudice des autres peines et dommages-intérêts auxquels l’article pourrait donner lieu. (article 6, IV de la LCEN)

Le reste du billet est fort intéressant sur ce que peut faire ou non un blogueur. On y apprend ainsi que l’injure est ainsi punie d’une amende pouvant aller jusqu’à 12.000 euros (hein Ravana… mais nous concernant, ça s’annule).

Je retiendrai enfin les paragraphes concernant la « disciple professionnelle », la vie privée et la contrefaçon.

Merci à Maitre Eolas pour ce billet détaillé concernant la responsabilité des blogueurs. Merci Catpointzero pour avoir déterré ce billet.

Qu’il s’agit de YouTube ou de DailyMotion, le « User Generated Content », c’est eux…

Via MeL’s Blog

Lu dans la newsletter de Twitter, reçue récemment :

– Les États-Unis représentent 40% du trafic

Pour le reste du monde :

Dans cette même newsletter, on pouvait lire le recrutement de 4 nouveaux collaborateurs. Et là, une question me taraude : quel est le modèle économique de Twitter ? Il faut bien rémunérer le personnel, payer les servers, … Twitter va-t-il proposer de la pub ?

Décidément, la communication dite participative a le vent en poupe. Après le pionnier Dell Idea Storm, un nombre croissant d’entreprises cherche à "sortir du monologue publicitaire", et à instaurer un dialogue (durable ou non) avec ses publics.

Convier les publics internautes à débattre d’un sujet de société sur Internet est un procédé de plus en plus fréquemment employé par les marques,les entreprises et les institutions.

Récemment, la SNCF a lancé un dispositif conversationnel reposant sur une interface Feedback2.0, ce qui n’est pas sans rappeler une initiative similaire d’un autre opérateur de transport : vous-et-la-ratp.net 🙂 Le principe : permettre aux internautes, après inscription sur la plateforme, de poser une question à un interlocuteur de la SNCF en fonction de son expertise. Les membres inscrits peuvent voter et commenter les questions qu’ils jugent les plus intéressantes.

Ce type de dispositif, également mis en place par Renault et plus récemment par Norton, me semble particulièrement intéressant dans la mesure où la marque cherche à instaurer une discussion, un échange avec ses publics. La "nouveauté" qu’introduit la SNCF est de pouvoir adressée sa question, certes à l’ensemble des membres inscrits sur la plateforme, mais surtout à des interlocuteurs référents, collaborateurs de la SNCF.

Les questions les plus votées sont "verrouillées" dès lors qu’un des interlocuteurs officiels a livré sa réponse. Un dispositif d’écoute tout à fait intéressant… n’est ce pas ?

« Nous demeurons maître du jeu.Nous avons bien joué le jeu du web participatif en nous pliant à l’humour desblogueurs mais nous maintenons notre cap d’éditeur qui est de développer des produits qui correspondent à une attente commerciale ».

Tels sont les propos tenus par Yves Cognard, le directeur marketing d’Hasbro, au sujet de l’élection par les internautes de Montcuq comme nouvelle case la plus chère du Monopoly. C’est finalement Dunkerque qui remplacera la rue de la Paix… dommage !

Sur un total de 711000 votes, et s’il était possible de voter plusieurs fois, Montcuq a tout de même obtenu 52.879 voix, et Dunkerque 30.640.

On touche ici les limites de l’exercice participatif…

1 6 7 8