J’ai découvert Orson Scott Card grâce à Fleur. Oui, je suis un geek en carton, beaucoup de lacunes… J’ai donc enfin lu La Stratégie Ender… Coïncidence ou non, en pleine lecture du roman, mon lecteur de flux RSS m’a indiqué qu’une adaptation cinématographique sortira en 2013.

 Parfois, il était plus facile de se fier aux mensonges qu’à la vérité.

L’action du roman prend place dans un futur lointain, où l’humanité maitrise le voyage dans l’espace. L’humanité est confrontée  à une espèce extra-terrestre contre laquelle elle mène une guerre totale : les Doryphores. Ces derniers, en supériorité numérique, sont sur le point d’annihiler l’espère humaine. 
 
Aussi, des enfants sont-ils formés au sein d’une école militaire en vue de devenir des officiers de la flotte spatiale. Andrew, troisième enfant de la famille Wiggins, doté d’un QI très élevé est sélectionné pour intégrer cette école (alors que son frère et sa soeur n’ont pas été retenus par l’armée).  Andrew est surnommé Ender par sa sœur Valentine, soit « le dernier » ou encore « celui qui termine ». A noter que dans ce futur, seuls deux enfants sont autorisés par famille. 
 
 
Ender intègre prématurément l’école militaire, à seulement quatre ans, où il gravit rapidement les échelons. Tacticien hors pair, Ender se sent manipulé par les adultes. Ce qui ne l’empêche pas remporter chacune des batailles qu’il livre. Pendant ce temps, Peter et Valentine, son frère et sa soeur, se consacrent à des actions politiques sur les réseaux.

 Je n’en dévoile pas plus… J’ai dévoré ce premier tome et suis sur le point d’attaquer le second (même si de l’avis de certains, le reste du cycle n’est pas aussi prenant). 

http://respawn.fleur.net/