[bd] Les lectures de juillet : Naheulbeuk, Murena

Peu d’achat de bandes-dessinées ce mois-ci (j’ai passé tout mon temps libre ou presque à Disneyland. Parmi les nouvelles acquisitions : le tome 12 des aventures de la Compagnie des Fiers de Haches (a.k.a. Le Donjon de Naheulbeuk), mais aussi le tome 9 de Murena. Je pensais que cette dernière série était terminée, suite à l’incendie de Rome dans le tome 8. Que nenni. 

Le donjon de Naheulbeuk

C’est ce qu’on pourrait appeler une B.A.L.C ou Bd à la con. C’est n’imp’ mais c’est drôle. Rappelons qu’au début il s’agissait de « podcasts », puis sont arrivées les BD, puis ont été publiés des bouquins,… On passe un bon moment, mais si on peut parfois avoir l’impression que les auteurs font durer l’histoire vendre du papier. On recommande.

IMG 4161

IMG 4159

Murena

Alors cette série, ça a été une claque. Un peu comme De Capes et De Crocs. L’histoire se passe dans la Rome antique. C’est hyper bien documenté (on pourra regretter à ce titre que les renvois se fassent en fin d’ouvrage, obligeant le gentil lecteur à des aller et venues parfois pénibles, mais nécessaires pour saisir toute l’histoire). J’aime tout dans cette BD : le dessin, les encrages, la documentation,… Dans le tome 9, nous assistons à la reconstruction de Rome après un important incendie. Je n’en dis pas plus pour éviter tout spoiler.

IMG 4163

Chose intéressante, pour l’achat de la BD « physique », vous pourrez télécharger la version numérique gratuitement…

IMG 4165

… ce qui me rappelle un échange avec John Paingout au sujet de la BD numérique. Lors de sa semaine « pizza », j’ai eu le plaisir de déjeuner avec lui. Nous nous étions croisés plusieurs fois, sans vraiment prendre le temps de discuter. Un mec bien. On a parlé de dématérialisation des contenus. Jusqu’à assez récemment, je ne jurais que par les bouquins papier. Jusqu’au Kindle. 

Paingout, lui, va plus loin. Il a (presque) arrêté le papier pour la BD. Pour le moment, je ne le comprends pas. Enfin si, je comprends en partie. Ma bibliothèque est en train de dégueuler de BD et je vais bientôt me retrouver avec un problème de place. Seulement aujourd’hui, équipé d’un iPad mini, la lecture de e-BD est un peu fastidieuse. Pas de device adéquat. Pourtant l’offre légale est là et n’est pas trop dégueulasse (comprendre, on peut trouver quand même pas mal de BD).

Bref, tout ça pour dire qu’un jour peut-être je passerai à la BD numérique. Je vais profiter de mon exemplaire de Murena offert pour tester…

The Unwritten : Entre les Lignes

Cela fait bien un an que les deux tomes trainent sur ma pile « lectures en attente ». J’ai enfin réussi à trouver un peu de temps pour ouvrir de nouveau des comics. Bête j’ai été. J’aurais du entreprendre la lecture de The Unwritten beaucoup plus tôt…

L’histoire en quelques mots

Tommy Taylor est le héros de romans plébiscités dans le monde entier. Ce jeune magicien binoclard n’est évidemment pas sans rappeler Harry Potter. A l’occasion d’une TommyCon, le fils de l’auteur (Wilson Taylor) depuis longtemps disparu intervient et répond aux questions des fans venus en masse (bref, il cachetonne de conférences en séances de dédicaces pour survivre). Il se prénomme Tom Taylor et est considéré par tous comme la source d’inspiration des romans.
Lors de la TommyCon, après les questions de fans hardcore, convaincus que le jeune homme est Tommy le sorcier, l’intervention d’une jeune femme, Lizzie Hexam, va bouleverser la vie de Tom.
Le héros va apprendre progressivement que sa véritable existence n’est pas celle qu’il croit… Récit entre fiction et réalité…

Je n’en dis pas plus, le mieux est encore que vous découvriez par vous-même ce récit. Je viens de terminer la lecture du tome 2.

  • Carey, Mike
  • Gross, Peter
  • Panini Comics
  • 100% Vertigo
  • Format comics

Alter ego : quand la bande-dessinée devient un puzzle narratif…

Je suis tombé dans la bande-dessinée il y a presque deux ans. Avant cela, j’en lisais (ou plutôt je me contentais de relire les albums de ma bibliothèque, pour la plupart des Astérix). Je tente donc de rattraper mon (immense) retard. C’est ainsi que j’ai découvert Universal War One, les Technopères ou encore Lanfeust. J’ai la chance d’avoir deux trois copains qui sont experts et auprès de qui je vais chercher conseil. Mais j’ai également la chance d’avoir une boutique spécialisée à Boulogne. Les vendeurs y sont plutôt sympas, mais surtout de très bon conseil. Lors de ma dernière « descente » chez eux, ils m’ont recommandé la lecture d’Alter Ego.

[quote_right]Alter Ego est une série d’anticipation en six volumes, dont l’originalité repose sur le fait qu’il y a autant de portes d’entrée qu’il y a d’albums.[/quote_right]

Alter Ego est écrit de telle sorte que le lecteur peut commencer par n’importe quel album, chaque album apportant un éclairage supplémentaire à l’intrigue.

Les six albums de la série présentent chacun le parcours d’un personnage, d’un point de vue. Une organisation mondiale a trouvé un vaccin contre le SIDA et procède à la vaccination de la population. Afin de distinguer toute personne vaccinée, un tatouage est apposé sur l’épaule de cette dernière. Seulement, cette campagne mondiale de vaccination n’est pas opérée uniquement par bonté d’âme et le lecteur va progressivement plongé dans une intrigue mi-scientifique mi-ésotérique, où le bien-être d’un individu dépend de celui d’autrui…

Neuf personnes ont collaboré à créer ces récits et le résultat est plutôt intéressant. Les six histoires sont à la fois indépendantes et intimement liées. Et finalement, si la qualité d’un ou deux volumes peut sembler plus faible, l’intérêt de la série se trouve dans la reconstitution du puzzle, et l’ensemble s’en trouve rehausser d’autant.