Étiquette : bd

J’ai commencé il y a quelques temps la lecture du Retour à la terre de Manu Larcenet. Dès le premier tome, j’ai été séduit par le trait et l’histoire, celle de Mariette et Manu qui quittent leur banlieue grisâtre pour se mettre au vert.

Jeudi midi, en compagnie de Loops (qui file rejoindre la blogroll), je me suis rendu à la FNAC des Halles, où je suis resté pantois devant le gigantesque rayon BD. Me souvenant des conseils du vieux Briard, j’ai fait quelques emplettes dont Le retour à la terre de Manu Larcenet.

Le premier tome, intitulé La vraie vie, présente l’arrivée de Marinette et de Larssinet à la campagne, l’apprentissage du patois local (« Karoutcho ! »), l’eau de vie du voisin, l’abattage d’arbres, ou encore le rude hiver…

Heureusement qu’il y a la boulangère car Larssinet a du mal à oublier Juvisy, la banlieue dont il est originaire. La bande dessinée se présente sous forme de strips. C’est une BD que je voulais lire depuis un moment et je ne suis pas mécontent d’avoir commencé la série car c’est vraiment très drôle. (Il me fallait absolument commencer la série car on m’a offert il y a peu deux volumes de la série, et autant lire Le retour à la terre dans l’ordre). Une série que je découvre (un peu tard, car la première édition date de 2002 de mémoire), et que je conseille vivement. Ce premier tome (et une interview vue dans l’émission Un monde de bulles) me donne d’ailleurs l’envie de découvrir par la suite l’univers de Manu Larcenet.

J’ai oublié de mentionner un fait important : à aucun moment il n’est question d’émulsion de volaille !

De capes et de crocs est une bande dessinée, signée Alain Ayroles pour le scénario et Jean-Luc Masbou pour le dessin. Editée par Delcourt, cette BD est un hommage au théâtre et à la poésie !

Résumé de l’histoire

L’histoire de Armand Raynal de Mauperuis et de Don Lope de Villalobos y Sangrin démarre à Venise, avec la découverte d’une carte aux trésors. Condamnés aux galères, les deux héros croiseront la route (et le fer) de Mendoza, d’Eusebe, du Raïs Kader, et de nombreux autres personnages sur la route des iles Tangerines et de leur trésor. Un voyage qui mènera Maupertuis (ose et rit !) et Don Lope (Carne y Sangre) jusqu’aux Sélénites… sur la Lune.

De capes et de crocs mets donc en scène deux fines lames dans un univers fantastique, le tout… en alexandrins ! La BD se distingue en effet par son écriture, ainsi que par les nombreuses références aux classiques du théâtre.

Composée pour l’heure de 8 tomes, la série devrait être complétée d’encore au moins 2 volumes (bien que les auteurs n’aient rien arrêté). A découvrir et à dévorer !

Et pour plus d’infos, c’est ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/De_cape_et_de_crocs

Découvert chez un ami, Okko (4 tomes disponibles à ce soir) raconte l’histoire d’un samouraï sans maître (un rônin en somme). Okko est accompagné dans sa chasse aux démons par un bonze amateur de saké (Noshin), un géant portant un masque rouge, tels que ceux portés dans le théâtre kabuki (Noburo), et Tikku, recueilli par l’équipe et devenu l’élève du moine alcoolo.

L’action prend place dans le Japon médiéval, dans l’empire du Pajan. L’histoire après l’enlèvement de Petite Fleur, la sœur de Tikku (Le cycle de l’eau, volume 1). La série, commencée en 2005, compte pour le moment 4 volumes (Le cycle de l’eau I et II, le cycle de la terre I et II).

Les quatre premiers volumes m’ont vivement donné envie de connaître le reste de la série, prévue en 10 volumes (deux tomes par éléments restants à savoir le feu, le vent et le vide).

Le scénario et le dessin sont de Hub, la couleur de Stephan Pelayo.
L’éditeur est Delcourt et la collection Terres de Légendes.

Mais ce n’est pas tout, Okko, c’est aussi un jeu de plateau. Pour en savoir plus, c’est ici : http://www.okko-thegame.com/accueil/index.htm

J’ai complètement accroché à l’histoire se déroulant dans un Japon médiéval sur fond de guerres de clans, mais aussi au trait de Hub (les dessins sont superbes). Une série que je conseille et dont j’attends avec impatience la suite !

Il y a un mois, j’écrivais une note sur la bande dessinée Le Fléau des Dieux, mettant en scène la guerre entre les Romains et les Huns… dans l’espace. Voici un nouveau billet sur une série que je viens de terminer : Universal War One, une bande dessinée imaginée et réalisée par Denis Bajram. Un régal…

Après mon délire « jeux de société » (où je m’étais promis d’acheter chaque mois un nouveau jeu de société), voici que je me suis mis en tête de parfaire ma culture « bande-dessinéesque ». Finis les Astérix, les Gaston, les Leonard ou encore les Titeuf (si si c’est drôle), place à la vraie BD, de la BD de tatoués !

Le hic, c’est que comme dans tous les domaines, si on est pas guidé, on se perd vite. Aussi, ai-je demandé quelques conseils à l’ami Briard. Je ne manquerai pas de présenter les séries conseillées par l’intéressé.

Petite ellipse temporelle, et me voici qui quitte le bureau un vendredi à 18h, ce qui pour moi tient de l’exploit. Je me dirige vers la librairie spécialisée située non loin, en quête d’albums à échanger contre quelques menues monnaies ainsi que de conseils avisés de la part du taulier.

Je me trouve entre les différents bacs débordant de bandes dessinées et c’est horrible. Que choisir ? Comment être sûr de faire le bon choix ? Qu’est ce que j’aime en matière de BD ? Dans quel état j’erre ? (oui, je pousse un peu là). Quand soudain…

Je m’approche d’un bac sur lequel est inscrit « Naheulbeuk« . Ce nom me dit quelque chose… Je jette un coup d’oeil rapide à la couverture, puis feuillette tout aussi rapidement les pages de l’album. Allez banco, je flashe sur les dessins, certain d’être emballé par l’histoire, laquelle à l’air bien gratinée 🙂

Re-ellipse temporelle, pour éviter de narrer le paiement en CB des BD, l’apéro avec un ami, le retour en métro,…

Me voici donc allongé, la BD dans les mains… bref, le moment de vérité est arrivé. Je dévore les planches une à une. Quoi, c’est déjà fini ? Rha, l’est où l’tome 2 ? Chez le marchand !? M****, fais ch*** ! Bon tant pis, ça fera l’objet d’une nouvelle mission BD (une autre sortie à 18H oh oh oh). J’ai carrément accroché avec le ton complètement décalé du Donjon de Naheulbeuk.

Naheulbeuk ?… je crois que j’ai déjà vu ce nom sur le web… Petite requête Google… J’en reparlerai bientôt.

1 2