Étiquette : modelisme

Il ne me reste plus qu’à trouver de l’hélium…

A quelques heures de l’ouverture des soldes, je suis passé consulter le site FunRCToys

Voilà ce que je veux !


Walkera X-Wing 2.4Ghz UFO E-topmodelrc.com
envoyé par etopmodelrc. – Vidéos des dernières découvertes scientifiques.

Un nouvel hélico (tandem cette fois-ci) tout droit sorti de chez e-flite (déjà à l’origine de l’excellent Blade mCX).

Caractéristiques techniques :
Longueur : 394 mm
Hauteur : 152 mm
Diamètre rotor 190 mm
Poids avec batterie : 60 g
Moteurs : coreless
Module 5 en 1 DSM2

plus d’infos ici

Après quelques runs endiablés dans le jardin et sur les petites routes environnantes, la Lazer ZX-5 s’est tout à coup mise à fumer. Après être accouru, avoir enlevé la coque de la voiture radiocommandée, et après avoir laissé s’échapper les dernières volutes, impossible de redémarrer. C’est la panne. Rien à faire, la voiture électrique ne repartira pas.

Direction l’iPhone, et l’application Pages jaunes, à la recherche d’une boutique de modélisme dans les environs. Bingo, il y a un « concessionnaire » Kyosho à Chamalières.

Après un coup de fil pour s’assurer de ne pas trouver porte close, direction la boutique Racing Car 63. Arrivé sur place, plutôt bien accueilli, je constate l’étendue des dégâts. A avoir trop forcé dans les herbes hautes et humides, le variateur shless a cramé, entraînant avec lui l’émetteur. Heureusement, le servo est sauf.

Les éléments Brushless sont plutôt fragiles (on paie ici leurs performances élevées), par rapport à des composants électriques standards ou encore par rapport aux pièces thermiques.

Passage en caisse. Bing ! Le prix de la voiture neuve. Quelques micro secondes d’hésitation. Finalement, je choisis d’acheter les nouvelles pièces : un récepteur, un variateur brushless, un nouveau moteur (compatible avec le variateur, plus performant que le moteur monté sur la Lazer ZX-5 dans la boite), un câble pour relier ces deux dernières pièces, un tournevis et des clips pour la carrosserie.

Je repars avec mes nouvelles pièces, les conseils du patron pour monter les éléments et surtout pour éviter de revenir pour le même problème 🙂

Ce qu’il faut savoir à ce moment de l’histoire, c’est que je ne suis pas du tout bricoleur. C’est donc un peu fébrile que je rentre à la maison, avec dans l’idée de démonter/remonter la voiture radiocommandée…

In fine, lorsqu’on commence à mettre les mains dedans on se rend vite compte que la partie électrique est plutôt réduite : La batterie est reliée au variateur de vitesse, qui est lui même en contact avec le moteur et le récepteur, ce dernier étant quant à lui connecté au servo de direction.

Première étape : vider la voiture. A la manière des gros bras de Pimp my Ride, j’ai désossé la voiture, pour ne laisser que le châssis et les roues.

Installation du nouveau moteur :
Pièce maitresse (ou presque) de la voiture radiocommandée, c’est le moteur qui fournira le principal effort. Il se fixe à l’aide de deux vis (lesquelles sont d’ailleurs un peu difficile à atteindre). Attention au moment de fixer le moteur, il faut que la roue dentelée conserve un jeu d’un dixième de millimètre avec la roue du train. Pour savoir si le moteur est correctement fixé, on pose la voiture sur un support et on tourne les deux roues arrières. Il faut que ces dernières puissent tourner sans encombre (dans le cas contraire, si ça accroche, il faudra sûrement desserrer le moteur ou alors vérifier qu’il n’y a pas de petits cailloux coincés dans les dents du train.

Montage du variateur :
A la différence du moteur, le variateur n’est pas vissé. Pour le fixer, un morceau de scotch double face suffit. On relie les câbles au moteur et on peut passer à l’installation de la dernière pièce… le récepteur.

Installation du récepteur :
Avant toute chose, assurez vous de pouvoir installer l’antenne sans difficulté dans le trou à cet effet (une fois les éléments installés, le trou est être inaccessible. CEci fait, comme pour le variateur, on scotche le récepteur sur le châssis. Veillez à le placer à un endroit ne gênant pas l’installation de la carrosserie de la voiture.

La voiture toujours sur son stand, on connecte la batterie au variateur, on allume la radio puis la voiture. Si le test du servo de direction est concluant (les roues tournent à gauche et à droite lorsqu’on actionne la radio) et si le variateur répond lui aussi aux sollicitations (accélérations/marche arrière)… C’est parti ! Il est l’heure de reprendre la route… jusqu’au prochain accident…

Tout d’un coup, la voiture a pris feu. Grosse fumée… Premier accident de la kyosho. Direction la boutique de modélisme pour acheter les pièces de rechange. A priori, ça se situe entre le variateur de vitesse et le servo moteur. Je pense que je vais douiller.

(MAJ : j’ai « grave » douillé… comptez environ le prix de la voiture neuve… avec un petit supplément)

Il y a peu, Marie m’a offert mon premier tank radiocommandé (ok, je lui ai un peu forcé la main…). Il s’agit d’une maquette de tank allemand à l’échelle 1/16ème, le German Tiger, fabriqué par Heng Long. Je n’ai (malheureusement) pas encore eu le temps de le tester et suis impatient de voir la bête en action.

La tourelle du German Tiger pivote et permet de tirer des projectiles (billes plastiques) à une dizaine de mètres environ. Et comme un vrai, le German Tiger fait de la fumée pendant les manoeuvres.

La boite contient :

• GERMAN TIGER assemblé – 1/16ème
• une télécommande
• Accus Ni-mh 7.2V 1800mAh et son chargeur 220 V
• Autocollants + figurine (d’un vrai général allemand :))
• Notice d’utilisation
• 1 cible en carton d’entraînement au tir et 1 sachet de billes 6mm de diamètre

Le German Tiger mesure 53 cm de long pour 24 de large et 20 cm de haut (belle bête).

et bientôt une vidéo perso de l’engin…

En regardant cette vidéo, j’ai hâte de sortir ma voiture… vivement ce week-end. Je vais peut-être m’acheter un radar portable, vendu sur certains sites de modélisme, afin de vérifier si la Lazer ZX-5 fait bien ses pointes à 60km/h une fois sortie de la boite (sans la « pimper »).

Je veux cet hélicoptère ! Les vidéos sont impressionnantes !

Le MI-24 est un hélicoptère militaire russe, datant de 1974. La première version du Mi-24, conçue comme un hélicoptère blindé rapide et baptisée Hind-A, était destinée au transport de troupes (le Mi-24 peut transporter jusqu’à 8 hommes). Puis, des déclinaisons offensives du Hind ont vu le jour (apparition d’une tourelle de mitrailleuse de 12.7 ou d’un canon de 30 mm). Les versions Mi-24P et Mi-24V sont quant à elle équipées de 4 pylônes, lesquels permettent d’embarquer jusqu’à 12 missiles antichars, ou des paniers de roquettes et des lance-grenades.

1 2