Étiquette : playstation

Mercredi soir, PlayStation et Naughty Dog recevait un parterre de joueurs pour présenter le troisième épisode des aventures de Nathan Drake. Rendez-vous au Riad Nejma, à deux pas de Beaucourg, pour découvrir le jeu et les charmes de la culture orientale.

Un rapide point sur le lieu. Le Riad Nejma est un restaurant oriental qui a l’air vraiment top. En blogueur-et-pique-assiette-influent, je me suis rempli la panse de petits fours (gratuits, est-il besoin de le préciser). En descendant l’escalier pour retrouver la sortie, l’idée m’a quand même traverser la tête de demander une table et d’y diner. Je reviendrai (comme dirait l’autre).

Plusieurs bornes de démonstration s’étalaient ça et là, de sorte qu’un maximum de paires de mains puisse tester les deux niveaux de Uncharted 3: Drake’s Deception. Quelques minutes de jeu m’ont suffi pour me convaincre de précommander le jeu (bah ouais. Primo, je n’ai aucune certitude sur le fait de le gratter auprès de PlayStation. Secundo, si c’est le cas, ça me fera un cadeau à offrir sur ce modeste blog-digital-et-interactif-du-web-mondial. Tertio, ça remonte à quand votre dernier achat ? bande de blogueurs !).

Malheureusement, et je sais pourtant qu’il était impatient de me rencontrer, je n’ai pas pu me libérer pour signer un autographe à Christophe Balestra. Christophe Balestra est le patron de Naughty Dog, le studio qui développe Uncharted. Il sait que j’ai ADORE les deux premiers opus et que j’attends avec impatience le troisième. D’ailleurs, Uncharted 3: Drake’s Deception sera disponible en France dès le 02 novembre (ce qui me laisse le temps de finit Batman avant).

Christophe, ton jeu (et celui de ta « team » comme disent les Américains) a l’air vraiment top. Si tu repasses dans le coin, envoie moi un DM. On ira manger une assiette kebab avec Touf et Ravana.

Ce qu’il faut retenir de ce billet :

  • Il faut aller diner au Riad Nejma
  • Après la présentation de Christophe Balestra, je suis deux fois plus impatient
  • Si jamais j’ai le jeu en double (achat + « test »), je ferai gagner un exemplaire ici.
  • merci à Naughty Dog et PlayStation pour cette sympathique soirée.

C’est désormais officiel. Sony a confirmé la date de lancement de la PlayStation Vita. Les joueurs français auront ainsi le plaisir de se masser devant les portes de leur FNAC préférée le 22 février 2012. La PlayStation Vita sera disponible à partir de 249,99 € pour le modèle Wi-Fi et de 299,99 € pour le modèle 3G/Wi-Fi.

Plus de 80 jeux devraient composer le lineup initial, parmi lesquels on retrouve LittleBigPlanet, WipEout 2048, Resistance : Burning Skies et Uncharted Golden Abyss, Assassin’s Creed, FIFA et Call of Duty,… Prometteur.

En qualité de blogueur influent de joueur, j’ai eu le plaisir de recevoir Little Big Planet 2 (j’annonce d’ailleurs dès cette intro, que je donnerai le jeu dès que je l’aurai terminé – sûrement via un micro concours sur le blog). A l’époque du premier Little Big Planet, j’étais responsable du community management PlayStation et à l’époque nous avions assuré le lancement du jeu auprès des sites/blogs. Il me semble même que DamonX était parti à la rencontre des développeurs de Media Molecule.

Little Big Planet est un jeu de plate-forme disposant d’un mode Histoire mais surtout d’un mode « communautaire », permettant de jouer les niveaux créés par des fans. Vous incarnez SackBoy, un personnage cousu main, que vous pourrez habiller comme bon vous semble grâce aux textures et costumes débloqués dans le jeu ou avec des costumes achetés sur le PlayStation Store.

DSC00040

Une fois Little Big Planet 2 inséré dans la PS3, le jeu vous demande si vous souhaitez récupérer votre SackBoy (le mien porte un costume d’IronMan).

Day 18- Our Newest Game

L’histoire

L’histoire se passe après les évènements de LittleBigPlanet. Un aspirateur géant apparaît dans le ciel et aspire SackBoy (et tout le reste). SackBoy est sauvé par Larry Da Vinci, chef de « The Alliance ». Il apprend à SackBoy que l’aspirateur géant s’appelle le « Negativitron ». Sackboy doit arrêter le Negativitron avant qu’il ne détruises l’univers de Little Big Planet.

Après quelques minutes de jeu…

Comme le premier opus, le jeu est graphiquement très propre. La prise en main rapide et dès les premières minutes de jeu, on a a peu près saisi l’essentiel des commandes. Chose intéressante, il est possible de jouer les niveaux seul ou d’autoriser d’autres joueurs à vous rejoindre (de mémoire, certains passage nécessitent plusieurs SackBoy). Bref, c’est plutôt sympathique. Je dois néanmoins avouer que je ne suis pas un grand fan du mode Histoire, préférant découvrir (ô sérendipité…) les niveaux créés par les joueurs.

C’est comme ça que je suis tombé sur un niveau façon Angry Birds (vraiment, ils sont partout). Pas mal… Bref, vous l’aurez compris, je recommande LBP2. Promis, dès que je termine le jeu, je le fais gagner ici même (#blogueurgenereux).

Hier soir, Activision et Treyarch recevaient journalistes et blogueurs au Gaumont Marignan pour présenter à ce parterre d’aficionados le 7e opus de la saga Call of Duty.

Après quelques minutes d’attente devant le cinéma, en compagnie (instant namedropping) de Julien et de Damonx (au risque de ternir sa e-réputation, je dois quand même souligner qu’il a honteusement grillé un paquet de pèlerins en allant rejoindre quelques autres gamers plus proches de l’entrée. #humour #vousbattezpasyenaurapourtoutlemonde).

C’est la première fois que j’assistais à un lancement de produit (dans le cas qui nous occupe un lancement mondial) dans un cinéma. Je redoutais d’être coincé dans une salle de ciné et de subir un speech sans fin (je vous rassure, il y a eu un speech). Que nenni. C’était oublier la rotonde au bas des escaliers, là où d’ordinaire on achète sucreries et boissons avant d’aller profiter du dernier blockbuster hollywoodien.

Après m’être désaltéré au comptoir Havana Club à grands coups de mojitos, j’ai pu serrer quelques paluches connues (2e instant namedropping) : David de Frogz, Franck de Giiks, Nicolas de YDCA, Praska de vie de Geek, ElChikito et bien d’autres encore. Puis a eu lieu le « speech ». Tadaaaaam.

Installés dans les confortables fauteuils de la salle 1, nous avons pu découvrir plusieurs images du jeu (et je suis d’accord avec Damonx, sur un écran de ciné ça a vraiment une autre gueule). La soirée, placée sous le signe du 7e art (entre autre because c’est le 7e CoD), et animée par une speakerine du 7e âge (je plaisante #nooffense), a été l’occasion de lancer un challenge européen. Cette compétition était, pour ce qui concerne les fromages-qui-puent, parrainé par Tomer Sisley. Rappelons-nous que Tomer (ça te dérange pas que je t’appelle par ton prénom ?), après avoir brillé dans Studio Sud, incarne désormais très bien Largo Winch. Il tourne d’ailleurs en ce moment (à moins que le tournage soit terminé) le deuxième opus en compagnie de Sharon Stone. L’occasion d’évoquer les longues parties de Modern Warfare 2 entre deux prises.

Après la présentation du jeu, nous avons été invités à tester CoD en 3D et à finir le stock de mojitos. Puis, cette soirée magique, n’ayons pas peur des mots :-), s’est terminée avec magie autour d’un menu XL au Quick du coin.

Avant cela, nous sommes quand même passés jeter un oeil à la FNAC, où des fans de la série patientaient pour acquérir le jeu et enchainer sur une nuit blanche. Pas mal de monde quand même.

Quant à moi, pas de nuit blanche. Activision et Treyarch m’ont offert le jeu (merci !) que je découvrirai jeudi, au moment de la sieste de mini_teuteu.

Merci PlayStation pour l’invitation !

Je viens (ou presque) de terminer Heavy Rain (deux fois). Malgré quelques bugs, ce jeu est vraiment prenant. A mi chemin entre le jeu vidéo et le film interactif, le joueur est amené à contrôler alternativement quatre personnages. Si le début est un peu longuet, au milieu du jeu, certaines scènes m’ont scotché, surpris, soulevé le coeur. Et ça faisait un bail qu’un jeu vidéo ne m’avait pas procuré autant d’émotions sans verser dans le gore.

Le plus dingue, c’est de se dire qu’il n’y pas une façon unique de jouer à Heavy Rain. Alfred Kappas me racontait il y a quelques jours la manière avec laquelle David Cage a conçu le jeu. Plutôt que de se lancer dans un schéma dont les différents choix du joueur seraient autant de ramifications, David Cage a mis en place ce qu’on pourrait appeler la « théorie de l’élastique ». Chaque action du joueur étire un peu plus l’élastique dans une direction, mais l’ensemble reste toujours contenu à l’intérieur de l’élastique. (Ce n’est peut-être pas évident à saisir, je ne retranscris peut-être pas correctement l’explication d’Alfred qui pour le coup – elle – était limpide). Le mieux pour comprendre le principe de la narration dans Heavy Rain est encore de regarder le podcast de Gameblog.

Les choix que fera le joueur tout le long du jeu influeront sur la fin. En discutant toujours avec notre fameux Alfred, il était drôle de constater qu’on a pas du tout effectué les mêmes actions, eu les mêmes manières d’appréhender les choses pendant le jeu, mais aussi qu’on a pas du tout vécu la même fin. Heavy Rain peut se terminer avec tout ou partie des personnages, de 26 (pas sûr du chiffre) façons différentes.

J’ai terminé pour ma part le jeu une première fois avec 3 personnages, et j’ai recommencé pour le terminé avec les quatre. Une fois le jeu terminé, je me suis rendu compte que je pouvais rejouer les différentes scènes de Heavy Rain (ce qui me tente bien, car j’ai parfois eu la gâchette un peu facile).

Bref, je recommande chaudement Heavy Rain à ceux qui comme moi ont l’impression d’avoir un peu passé l’âge du jeu vidéo, ceux qui ne sont plus des fondus de la manette… Remarquez que je n’ai rien dévoilé de l’histoire (pour une fois).

(Autre élément qui m’a bien plu : Heavy Rain est le seul jeu qui au moment de l’installation t’apprend à faire une cocotte en papier)

Je n’ai pas encore eu le temps de tester  SingStar Queen (et Dieu sait que ça me démange, mais les grands parents de mini teuteu revenant bientôt de voyage, on va pouvoir leur confier une paire d’heures pour chanter à tue-tête sur les hits du groupe mythique).

En attendant la mise en ligne des vidéos dans lesquelles notre amour propre en prendra un coup nous nous casserons la voix sur We are the Champions ou The show must go on, quelques news du Singstore, si chez à mes amis Patmobile et Cédric :

  • – Le 17 mars, le 1000ème morceau faisait son apparition sur le SingStore
  • – Lancé en décembre 2007, SingStar est synonyme de soirée réussie, entre amis ou en famille
  • 4 millions de titres ont été téléchargés depuis le SingStore
  • 100 000 clips vidéos ont été uploadés par les chanteurs en herbe sur My Singstar Online
  • 6 000 SingStars s’inscrivent chaque semaine sur le store (pour un total de 400 000 inscrits et plus de 9 millions de clips vus à ce jour)
  • – La chanson la plus téléchargée est Total Eclipse of the Heart de Bonnie Tyler talonné par Final Countdown du groupe Europe

Et (comme qui dirait) une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule ( 🙂 ), Sony Computer Entertainment Europe lance un grand concours, intitulé les Crystal Mics, lequel permettra au vainqueur de devenir LA star de la prochaine campagne de publicité TV Singstar.

Depuis le 24 mars et pendant dix semaines, les participations sont ouvertes. Détail important : c’est le public qui sélectionne les concurrents qu’il voudra voir en finale. En juin, les 30 chanteurs sélectionnés recevront un kit Crystal Mics exclusif comprenant un exemplaire de Singstar® et des  microphones SingStar sans fil incrustés de « diamant ». Chaque finaliste passera devant un grand jury, lequel désignera le (ou la) grand champion(ne).

Un concours original, avec une dotation « money can’t buy » (j’ai appris une nouvelle expression récemment). Alors, tous à vos micros et que le meilleur gagne (comme dirait Buzz) !

« Marignan ? 1515 ! » ok, mais à part ça ? Jusqu’où s’étend votre connaissance de la France, de son histoire, de sa géographie ou encore des us et coutumes de ses autochtonones ?

Buzz! : Le plus malin des Français, ce sont des milliers de questions dédiées à l’hexagone. Grâce à Buzz! : le plus malin des Français, vous allez pouvoir travailler le sujet, en compagnie d’un présentateur déjanté, avec lequel j’entretiens une certaine ressemblance, comme n’ont pas manqué de me le rappeler certains…

Buzz, à part être un mot à la mode chez les annonceurs et leurs agences, qu’est ce que c’est ?

Buzz! est un titre PS3 de la categorie des socialgames (comprendre par là, accessible à tous : gamers, casuals, mes parents…) dans lequel vous affrontez vos amis, armés de votre buzzer, dans une série de questions. Même si j’ai quelques reproches à faire à l’égard de Buzz! (notamment la répétitivité des épreuves), c’est un jeu facile à jouer qui fait son petit effet lorsque des amis passent à la maison (c’est un peu plus facile de les faire jouer à Buzz! qu’à Singstar, enfin en début de soirée tout au moins).

Playstation propose un nouvel opus, centré sur la France. Ce nouvel épisode de Buzz! va nous permettre de remuer nos méninges. Peut-être même pourrons-nous être sélectionnés pour le grand challenge mondial. Car Sony Computer Entertainment Europe invite les fans de Buzz! (les fans de Julien Lepers sont naturellement les bienvenus) dès le 22 avril à jouer en ligne et à défendre les couleurs de notre beau pays lors des Championnats du monde de Buzz!. Alors, on s’arme de son buzzer et c’est parti, direction le PlayStation®Network. C’est là que nous pourrons comparer notre score à celui de nos compatriotes et nous inscrire pour participer aux Championnats du monde de Buzz!.

Comment cela se passe ?

Après s’être inscrits sur le PlayStation Network, les joueurs peuvent soumettre leur meilleur score solo au classement national. Attention, vous n’avez qu’un mois pour inscrire votre high-score (du 22 avril au 22 mai). Ceux qui figureront parmi les 32 meilleurs joueurs participeront à la finale française, laquelle se déroulera en juin à Paris. Le grand vainqueur représentera la France lors des Championnats du monde de Buzz! (dans un lieu tenu secret…). A l’issue de la grande finale, le titre de Champion du monde sera décerné, accompagné d’un Mini Clubman (pas mal non ?).

Pour ceux qui n’auraient pas encore goûté aux joies de Buzz!, un quizz Facebook est disponible avec des vraies questions issues du vrai jeu. Le quizz Facebook est disponible ici…

en direct du fanday playstation, première mise en ligne par Teulliac.

Une agréable soirée passée en compagnie de Benjamin et Anne-Laure de h2 blog (que je ne vois pas assez à mon goût en ce moment), Patmobile de Giiks (mon acolyte du PDA du samedi), Borey (seul 🙂 ), Damonx avec qui nous allons bientôt pouvoir faire des courses de poussette, Praska (mon vainqueur du concours Carte Bleue Cadeau), les PointZero, Azhenore de 9irl5 et beaucoup d’autres…
Message personnel : teuteu a dessiné son Sackboy, et a eu le cran de signer… rien que pour ça son voeu mérite d’être exaucé 🙂

Envoyé depuis mon e71

Mise à jour : mon sackboy…

Crédit photo : Tann

Une première collaboration réussie avec l’agence de Nicolas Leune, Yellow Dot Comm Agency ! L’application Facebook est en ligne sur la page officielle de PlayStation France.

Un beau boulot, exécuté rapidement et un contact commercial hyper agréable.

C’est pas tout neuf, je sais. Mais ça me fait toujours autant rire.

1 2