Publié le

The Glenlivet Alpha révèle enfin son mode d’élaboration et son profil organoleptique

Après plus d’un mois de mystère, The Glenlivet Alpha révèle enfin son mode d’élaboration et son profil organoleptique.

Créé par le Maître-Distillateur, Alan Winchester, The Glenlivet Alpha est un Single Malt exclusif, aux arômes puissants et complexes. Sa singularité et sa remarquable qualité s’expliquent par l’utilisation de 2 types de fûts rares : des fûts de Bourbon de premier remplissage et des fûts ayant uniquement contenu du Scotch Whisky. Avant de servir au vieillissement de The Glenlivet Alpha, ces fûts de Scotch ont une première fois contenu du whisky The Glenlivet. C’est notamment grâce au vieillissement dans ces fûts d’une grande rareté que The Glenlivet Alpha  doit ses notes douces et vanillées.

Embouteillé à 50 degrés, The Glenlivet est filtré à température ambiante et non filtré à froid, comme la plupart des Malts, ce qui lui confère une texture extrêmement douce et onctueuse en bouche ainsi qu’une grande richesse aromatique.

 The Glenlivet Alpha

Nez : des arômes concentrés d’oranges fruitées et acidulées s’épanouissent avec des touches subtiles de poires mûres pochées. Des notes vanillées douces et crémeuses et des saveurs de caramel viennent enrichir le profil aromatique.

Bouche : The Glenlivet Alpha tapisse le palais de saveurs concentrées de fruits, de notes d’oranges douces et se prolonge par une pointe délicieusement pimentée de clou de girofle. Ce whisky exhale également des notes de  baies mûres et fondantes en bouche.

Finale : longue , douce et légèrement sèche.

 

The Glenlivet Alpha est proposé en série très limitée. Uniquement 240 bouteilles sont actuellement disponibles en France chez certains cavistes (La Grande Epicerie, Lavinia, Julhès).

Prix public indicatif : 90€.

Publié le

Ardbog Day le 1er juin

20130522-194803.jpg

J’ai eu le plaisir (et la chance) de recevoir un coffret de dégustation du nouvel Ardbog, à quelques jours du Ardbeg Day 2013 (le 1er juin en France).

20130522-194818.jpg

C’est un bon Islay, que j’ai pris plaisir à déguster. Ce single malt s’est forgé un caractère pendant une dizaine d’années dans des fûts de manzanilla et dans des fûts de chêne blanc américain. Ce « cask strength » tire à 52,1% d’alcool. Plutôt que vous livrer les notes de dégustation, je vous invite à le découvrir chez les cavistes participants dès le 1er juin…

20130522-194906.jpg

Lavinia 3 boulevard de la Madeleine Paris 1er
Caves Augé 116 boulevard Haussmann Paris 8ème
Julhès Paris 54 rue du faubourg St Denis Paris 10ème
Julhès Paris 59 rue du faubourg St Martin Paris 10ème
Julhès Paris 28 rue du faubourg Poissonnière Paris 10ème
Cellier St Charles 159 rue Saint Charles Paris 15ème
Lafayette Gourmet 48 boulevard Haussmann Paris 8ème
La Vignery 18 rue Pierre Métairie 78120 Rambouillet
La Maison du Whisky 20 rue d’Anjou Paris 8ème
La Maison du Whisky 6 carrefour de l’Odéon Paris 6ème
Whisky Lodge 7 rue Ferrandière 69000 Lyon
Les Caves du Beffroi 12 rue de la Paix 44000 Nantes
Comptoir Irlandais 2 place Marceau 28000 Chartres
Les Caves Bruant 21 rue nationale 45140 Ormes
Les Caves Pasteur 6 rue Pasteur 59400 Cambrai
La Cave Conseil 327 Avenue Frédérique Mistral 04100 Manosque
Caves Damiani 86 boulevard Mireille Lauze 13010 Marseille

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Publié le

The Glenlivet Alpha : Master your senses

Je suis amateur de whisky. Je ne réussis pas encore à me considérer comme un connaisseur. Je possède néanmois quelques belles bouteilles.

Certaines agences sont au courant de mon intérêt pour les single malt et les blends et, pour cette raison, j’ai eu la chance (vous comprendrez plus loin pourquoi je parle de chance) d’être invité hier à venir découvrir et déguster plusieurs whiskys Glenlivet.

Je me suis donc rendu (avec plaisir) au Cigar Bar de la Maison des Champs-Elysées.
(note pour moi-même : il faudra que j’essaie ce fumoir à l’occasion)

The Cigar Bar Maison des Champs Elysées

The Glenlivet ?

The Glenlivet distillerie

Jusqu’alors, je ne connaissais pas du tout cette marque (à la stupeur de la chef de produit et de l’ambassadeur de la marque). J’ai naturellement présenté mes plus plates excuses pour cette (énorme) lacune, soulignant que mon « dealer » officiel n’en proposait pas dans son rayonnage.

The Glenlivet est une distillerie du Speyside près de Ballindalloch dans le Moray, en Écosse. Bien que cette distillerie ne soit pas la plus ancienne d’Écosse, sa réputation vient de ce qu’elle est considérée comme « le single malt qui a tout démarré ». (source : Wikipedia). Je vous invite à découvrir l’histoire de cette distillerie sur la page Wikipedia qui lui est consacrée.

 La dégustation…

Arrivé au Cigar Bar, j’ai été présenté à Key Lindsay, l’ambassadeur de la marque. Un écossais pur jus (comme mon lointain tonton Duncan #truestory). J’ai un seul regret néanmoins, il était en costume… mais pas traditionnel…

Avant que la dégustation ne débute, j’ai eu le plaisir de discuter avec Key (qui a pardonné mon ignorance quant à The Glenlivet). Confortablement installé dans un fauteuil club, devant quatre verres, la dégustation commence…

The Glenlivet dégustation

The Glenlivet NadurraThe Glenlivet Nadurra

Nous avons démarré avec le Nadurra, un single malt 16 ans. Ce whisky a deux particularités : Non-Chill Filtered et Natural Cask Strenght. A l’inverse de la plupart des whiskys, il n’est pas filtré à froid, mais à température ambiante. Enfin, Key Lindsay nous a expliqué que le nom Nadurra signifie « naturel » en gaëlique. En effet, le vieillissement du Nadurra se fait dans des fûts de chêne blanc américain de premier remplissage (comprendre : ces fûts n’ont reçu qu’un seul bourbon).

[box type= »note » ]Pour la « fiche technique » :
Robe : jaune or.
Nez : combinaison d’arômes floraux et délicatement épicés, rehaussés de notes subtiles de chêne grillé.
Bouche : fruits rouges, fleurs miellées.
Finale : Longue note de chêne sec aux accents de gingembre et de noisette.[/box]

Allongé avec une mesure d’eau, le Nadurra révèle une certaine onctuosité en bouche, avec quelques notes épicées.

The Glenlivet 18 ans

The Glenlivet 18 ans

Nous avons ensuite continué notre « voyage » en terre d’Ecosse avec le Glenlivet 18 ans. Plus fin, ce single malt révèle des notees florales et épicées. Comme l’a souligné Key Lindsay, c’est un whisky qui a été plusieurs fois primé. C’est mérité.

[box type= »note » ]Pour la fiche technique ;
Robe : Or profond.
Nez : Floral avec de la douceur, légèrement marqué par les épices.
Bouche : Florale, évoluant sur le fruit.
Finale : Des notes acidulées avec de la longueur.[/box]

C’est un très bon whisky. Néanmoins, hier, entre ce single malt et le précédent, j’ai préféré le Nadurra.

The Glenlivet 21 ans

The Glenlivet 21 ans

Avant de découvrir The Glenlivet Alpha, j’ai fait la connaissance du Glenlivet 21 ans. Ce n’est pas mon préféré. A la différence du vin, la valeur n’attend pas forcément le nombre des années (j’en ai fait l’expérience avec d’autres distilleries…). Attention, c’est un très bon whisky, lui aussi plusieurs fois récompensé (médaille d’or du meilleur Single Malt Speyside de 21 ans, lors de l’International Wine and Spirits Competition en 2004 et 2005). Pour vieillir un whisky pendant 21 ans, la qualité des fûts doit être optimale. Pour ce 21 ans, les fûts proviennent de  l’assemblage de quelques fûts ayant contenu du Bourbon et du Xérès.

[box type= »note » ]Pour la fiche technique :
Robe : orange à reflets dorés.
Au nez : souple et fruité. Marqué par le chêne, avec ses notes pâtissières d’amande et de baba au rhum. Evolue sur l’ananas et l’acidulé des fruits de la passion.
En bouche : onctueuse et ferme. Vanillée sur fond de notes anisées, elle se développe sur le cassis et les épices (poivre). Une typicité qui rappelle certains whiskeys irlandais.
La finale : fraîche et gourmande, évoquant la torréfaction (café au lait) et le chêne (beurre), ainsi que les fruits exotiques (mangue, ananas).[/box]

The Glenlivet Alpha

Ah… c’est maintenant l’instant de vérité. The moment of truth. Petite fierté personnelle, j’ai fait partie des rares privilégiés qui ont pu déguster The Glenlivet Alpha en avant-première mondiale. C’est peut-être un détail pour vous… (bon j’arrête). Tout d’abord, alors que vous venez (peut-être) de découvrir plusieurs whiskys et leur « fiche technique », sachez que rien ne sera révélé sur The Glenlivet Alpha avant le 4 juin. Nous n’avons donc rien appris sur le type de fûts utilisés, la durée de vieillissement,… Alors que Key Lindsay nous a « raconté » plusieurs whiskys (robe, nez, bouche, finale), c’est désormais à chaque participant de se faire une idée de The Glenlivet Alpha.

Je ne sais pas si on distingue bien la bouteille en photo ci-dessous, mais elle est totalement opaque. C’est la bouteille qui sera commercialisée à 3350 exemplaires dans le monde et 240 bouteilles en France. Aucune indication visuelle ne filtre. Confidentialité et rareté sont les maîtres mots de ce « whisky mystère ». Confidentialité car (chose intéressante) aucune indication ne figure sur la bouteille (type de fûts, notes de dégustation ou indice d’âge) et l’opacité de la bouteille ne dévoile rien de sa robe. Aujourd’hui, hormis le Maître-Distillateur, Alan Winchester, seuls quelques élus connaissent les secret de sa fabrication.

Rareté ensuite car comme je l’écrivais plus haut, seules 240 bouteilles seront commercialisées en France (au prix de 90 euros environ, ce qui est plutôt raisonnable pour une telle édition limitée).

The Glenlivet Alpha

Côté dégustation, c’est tout à fait intéressant de n’avoir aucune information. Cela laisse tout un chacun trouver les notes. Et ce qu’il y a de bien avec le whisky, c’est qu’il n’y a pas de mauvaise réponse. Un amateur y verra des notes fruitées, quand un autre aura plutôt des notes de cuir ou d’épices. Je tire mon chapeau à The Glenlivet car je trouve l’initiative tout à fait intéressante. Ne rien communiquer sur The Glenlivet Alpha, c’est laisser libre-court à l’interprétation de chacun. Pour ne pas t’influencer, ô toi le Voyageur des internets amateur de single malt, je ne dirai rien sur ce breuvage. Sache juste que c’est un un bon whisky (mais pas mon préféré lors de la dégustation).

J’espère pouvoir m’en procurer une bouteille (The Glenlivet Alpha sera disponible chez certains cavistes et à La Grande Epicerie), car même si je l’ai moins apprécié, j’aurai plaisir à le proposer à mes invités lors de nos dégustations privées 🙂 Et j’ai surtout hâte d’en apprendre un peu plus début juin…

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA CONSOMMATION. A CONSOMMER AVEC MODERATION

Publié le

[concours] Lagavulin : passez deux jours dans la distillerie Lagavulin en Ecosse !

Amis amateurs de Single Malt, voici un concours qui va vous intéresser. Jjusqu’au 31 mars 2013, vous pouvez tenter de gagner un lot plutôt exceptionnel. En cliquant sur ce lien http://bit.ly/Jeu_Lagavulin, vous serez peut-être le chanceux qui rejoindra Iain McArthur (distillateur) pendant 2 jours pour devenir son apprenti dans la distillerie mythique de Lagavulin sur l’île d’Islay en Ecosse !

Lagavulin, le plus beau métier dans l'univers du whisky

Publié le

Glenmorangie Ealanta – épisode #2 : la dégustation

Glenmorangie EalantaGlenmorangie lance une édition limitée de 1993, Ealanta. Si ce nom ne te dit rien, sache qu’il s’agit d’un whisky écossais. Un single malt pour être plus précis, qui provient d’une distillerie située dans les Highlands. Depuis 1843, les Hommes de Tain (les dépositaires du savoir-faire unique et des traditions jalousement préservées au cœur de la Distillerie de Glenmorangie) distillent et vieillissent en fûts de chêne le malt d’Ecosse. Pour ma part, « Glenmorangie » a une autre signification.

Ealanta est la quatrième édition limitée de sa gamme primée Private Edition. Private Edition est une gamme spéciale, laquelle permet aux Seize Hommes de Tain de faire partager des échantillons rares, en édition limitée. Cette quatrième édition rend hommage Mark Twain. En gaélique, Ealanta signifie « habile » et « ingénieux ». Ealanta est âgé de 19 ans et est issu d’une maturation complète en fûts de chêne blanc neufs américains issus de  la forêt nationale de Mark Twain.

Le bois des fûs n’est pas un détail. C’est lui qui fait l’arôme du whisky. Dans ce domaine, le Dr Bill Lumsden, directeur de la distillation et de la création, est un pionnier reconnu.

Le bois neuf confère également une pureté de saveurs dont beaucoup d’amateurs de Glenmorangie apprécieront la différence par rapport à nos précédentes éditions de ‘Private Edition’ ». L’utilisation de fûts en chêne neufs qui ont été fortement grillés apporte des saveurs longues en bouche de crème et de vanille – un peu comme une crème brûlée garnie d’amandes et de pâte d’amande. Cela procure une belle expression ronde et complexe de Glenmorangie.

Glenmorangie Ealanta

Passons désormais à la dégustation.

Pour faire honneur à ce whisky, je sors mes plus beaux verres. Appréciant en premier lieu le whisky avec le nez, Glenmorangie Ealanta a un arôme de caramel et de vanille. En bouche, ce sont des arômes d’écorces d’orange confite, d’amandes enrobées de sucre et de vanille sucrée au premier plan, enveloppées dans un goût inhabituel de noisette, qui rappelle les noix du Brésil caramélisées. La finale est très longue, avec des épices provenant des chênes vierges comme le clou de girofle, le gingembre et un soupçon d’anis.

Glenmorangie Ealanta

Titrant à 46 % lors de la mise en bouteille et non filtré à froid, Glenmorangie Ealanta sera disponible dès février 2013, au prix indicatif de 120 €.

 

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE.

A CONSOMMER AVEC MODERATION

Publié le

Glenmorangie Ealanta – épisode #1

[aparthé]

Le whisky, on aime ou on aime pas. On commence (souvent ?) par le mélanger à un soda, en soirée. Vous savez, ce whisky en deux lettres… Ce qui peut vite vous dégoûter du soda, ou même du whisky. Alors, on se rabat sur une boisson moins forte (oui, la bière est un bon exemple). Et puis, on grandit. 

Un beau jour, en famille, on vous propose de prendre l’apéro. Ce sont le genre de trucs qui arrivent quand on est en famille. Alors, vous décider de « suivre » beau-papa. Pas de bol, c’est un whisky qu’on vous apporte. Pas question ici de demander une pointe de soda pour allonger votre drink. Premièrement, parce que le goût dudit drink vous rappellerait les heures sombres de votre jeunesse débridée, et secondo, vous allez passer pour qui ou pour quoi ?

La main légèrement tremblante, vous portez le verre à vos lèvres et avec une légère appréhension, vous faites couler quelques gouttes du breuvage. Tiens, comme c’est bizarre. Il a un drôle de goût ce whisky. Comment dites- vous ? Tourbé ? Comme c’est intéressant. 

Plus tard, profitant du retour d’Ecosse des parents, partis visiter nos lointains cousins, c’est au tour de papa de proposer un whisky. Mais c’est super bon ! Un peu fort. Mais bon. Je crois que ça y est, je commence à devenir un amateur de whisky.

Les années passent. Premier appart. Et premier mini-bar à remplir. Et puis un beau jour, ce qui devait arriver… le mariage ! L’occasion de réunir nos familles… et de faire venir à Paris nos lointains cousins écossais.

Ces derniers nous offrent un service de verres en cristal sur lesquels des chardons sont gravés. De magnifiques verres dans lesquels nous dégusterons le whisky qu’ils nous ont offert. Notre première bouteille de whisky. (Il faut bien noter que je dis « notre » alors qu’en réalité je suis seul à en boire. Toujours avec modération). Il s’agit d’une bouteille de Glenmorangie Traditional 100 Proof. Nous l’avons conservé longtemps, la partageant avec les amis proches venus en pélerinage à la maison. Puis un jour, la bouteille fut vidée.

Jan12 Glenmorangie100P 2

[fin de l’aparthé]

Il y a quelques jours, j’ai eu le plaisir de recevoir une bouteille de Glenmorangie. Je ne vous raconte pas l’excitation. Rien que le nom, cela me ramène quelques années en arrière et au souvenir de cette première bouteille offerte par les McIntosh (puisque tel est leur nom). Une très belle bouteille que j’aurai plaisir à déguster très prochainement et dont je vous reparlerai.

glenmorangie ealanta

Publié le

Singleton x Patrick Roger

Je ne connaissais pas le concept de « Malts & Food », enfermé dans une conviction profonde que le whisky ne se dégustait qu’en apéritif et sec. Il a suffit d’une invitation, d’une rencontre, et d’une discussion pour me faire découvrir l’existence d’accords mets-whisky. Je pense que je reviendrai sur le sujet car on m’a dit le plus grand bien de la rencontre du single malt et du fromage, et il me faut absolument découvrir cela par moi-même (j’ai fait les gros yeux quand on m’en a parlé, et je ne cache pas que l’idée de marier fromage et whisky me semble encore un peu saugrenue).

Pour en savoir plus sur les accords mets-whisky, vous pouvez consulter cette page : http://www.malts.com/index.php/fr_fr/Choisir-son-single-malt/Malt-Matcher/Associez-par-mets

Hier, j’ai eu le plaisir de partir à la rencontre de saveurs inattendues : le Singleton of Dufftown et le Rocher praliné. Je me suis ainsi rendu dans la boutique de Patrick Roger, avenue Victor Hugo.

Autant le dire tout de suite, je suis plutôt béotien en ce qui concerne la gastronomie. Quand on me dit « chocolat », j’ai plutôt tendance à penser à une plaquette Lindt. J’ai découvert du vrai bon chocolat hier, manipulé par un maitre chocolatier. Patrick Roger a été sacré meilleur ouvrier de France en 2000.

Si vous voulez en savoir un peu plus sur Patrick Roger, je vous invite à lire l’article de Pascale Krémer dans lequel on apprend que le petit Patrick n’était pas très intéressé par les études et que ce sont ses parents qui pour le « serrer » le colleront en apprentissage en pâtisserie. Petite parenthèse, c »est drôle, ça me rappelle un peu l’histoire de mon frangin… 🙂

Singleton & Roché Praliné

Pour Classic Malts & Food, Patrick Roger a réinventé l’accord The Singleton et Rocher Praliné à travers une bouchée travaillée pour sublimer les arômes du whisky. Deux bouchées ont été ainsi créées, chocolat au lait et chocolat noir, et chacune d’elles va offrir une expérience propre. Le chocolat au lait va par exemple calmer le fumé du whisky. A l’inverse, le chocolat noir va plutôt avoir tendance à renforcer les notes boisées.

Vous pouvez d’ores et déjà découvrir l’accord The Singleton et Roché Praliné si vous vous rendez au Publicis Drugstore, chez Lavinia ou encore à la Closerie des Lilas.

The Singleton

12 ans
Couleur : or profond
Nez : senteurs de bois poli et de noisettes, notes de fruits mûrs.
Palais : soyeux et fruité.
Finale : Longue avec une pointe de sécheresse mordante.

http://www.malts.com/index.php/fr_fr/Choisir-son-single-malt/Malt-Matcher/Associez-par-mets