Étiquette : vismavie

Pas de billet sur le web en temps réel, sur les tendances 2010 du web social. Pas de note sur les must-see du web, les bonnes practices blogosphériques…

Juste un rapide billet pour redire que tous les matins, je pars tout fier affronter le froid polaire pour déposer Poupette chez son assistante maternelle.

Je croise pas mal de mamans, mais également beaucoup de papas. A noter d’ailleurs, qu’en poussette, les papas roulent plus vite que les mamans (attention, je n’ai pas dit qu’on conduisait mieux… c’est évident).

Pourquoi roule-t-on plus vite à poussette ? Peut-être (très sûrement) car nous quittons (un peu) à l’arrache le nid familial direction la crèche. Il faut le temps de mettre le manteau (et c’est pas facile à habiller ces bestioles. ça fait que gigoter), d’enfiler le sien, de poser le colis dans le siège de la poussette. Une fois descendu, on récupère le châssis, on y fixe le siège, on effectue les derniers réglages et c’est parti !

Et là, fier comme un bar tabac, on se dirige vers la crêche, en pilotant la poussette d’une main (l’autre tenant l’iPhone afin de savoir qui a twitté quoi et qui a foursquaré où). Tout droit, tout droit, un coup à gauche, attention chicane…

Nous voici arrivé. Le jeune papa peut procéder au désarmement du harnais (et vérification de la porte opposée). La poupée est désharnachée. On monte l’escalier quatre à quatre (toujours un peu à la bourre) pour livrer le colis.

Après une première cavalcade à poussette, ça continue. Direction le bureau avec la mine réjouie du jeune papa ayant rempli avec succès sa mission.

[pour info : on roule en Bugaboo Cameleon]



Paie ton omelette volante…

Mise en ligne par Teulliac


Envoyé de mon iPhone

Sur une bonne idée de Nicolas, nous sommes partis hier pour une petite session de Paintball. Ont répondu à l’appel, les soldats Pamela, Fanny, Marie, Damien Greg, Nicolas, Pat et moi-même.

La première équipe arrivée sur place, après un rapide pique-nique sorti des sacs, le matériel est passé en revue : une combinaison camo, un masque, un lanceur et ses 500 billes. go go go !

La partie à peine commencée, Patrick est à fond. Ses deux années passées dans les forces spéciales devraient lui être des plus utiles.

On peut aller au feu tout en restant classe. hummm, tu aimes le paintball. La forêt est ton refuge. Le bruit des billes qui éclatent t’excite. Hummm, rejoins-nous !

Allez, on y va. C’est la guerre !

Et bim, headshot !

On dirait que Marie s’est tirée une balle dans le pied…

Sur le terrain d’à côté, des pros s’entrainaient…

Au final, une excellente journée terminée en sueur et sur les rotules. Qui se joint à nous pour la prochaine session ?

Hier soir, une heure beaucoup trop avancée pour encore être au bureau, coup de fil de Marie. Poupette a de la fièvre. Mon sang de jeune papa gâteau ne fait qu’un tour. Les projets en cours (gros site en cours de lancement, présentation client du lendemain) attendront. Je file de l’agence, passe voir les joueurs de poker pour leur rendre les clés.

Grands boulevards. Suis en ligne avec la juriste du client pour régler les détails des derniers règlements. Visiblement, il y a eu misfit avec l’autre agence. Encore une galère à gérer. Je lui explique que je file pour raisons personnelles et que, moi aussi, je vais travailler tard ce soir.

Je suis dans le taxi. En ligne avec les développeurs. J’adore bosser avec cette boite, l’équipe est pro et cool. Je m’excuse rapidement auprès du chauffeur de taxi, lui indique ma destination et termine mon « call » avec les « dév ». Ils me rappellent dès que les derniers bugs sont corrigés (quelques minutes avant minuit a priori).

L’iPhone (placement product) à la main, je consulte ma messagerie, préviens le client (lui aussi sur le pied de guerre) que je file parce que Poupette est malade. Je profte du voyage en taxi pour appeler Marie. SOS Médecins vient d’arriver, elle met un terme rapide à la conversation. Je la « textoche » pour lui demander de retenir le doc afin qu’il m’ausculte aussi (une pierre deux coups, moi aussi, je tiens une de ces crèves).

J’arrive au bas de la maison, et manque de me faire renverser par une voiture stickée… SOS Médecins. Tant pis, la consultation attendra. Je monte l’escalier quatre à quatre (et c’est là mon seul mensonge : j’ai pris l’ascenceur). Arrivé à la maison, je demande un état de la situation à Marie : poussée de fièvre, rhinopharyngite. Poupette paie son premier arrêt maladie (ce qui lui fera sécher la crèche le lendemain).

La fièvre est retombée. Poupette semble s’être endormie. J’ai chaud et le nez qui coule. Je me remets à l’ordi (le ventre vide). Client. Dév. Dév. Client. Ok, go ! Le site est live. Il est minuit. Mission réussie.

J’enchaine sur un des deux docs que je dois présenter le lendemain (je sais déjà que ma matinée de bureau va être occupée à corriger des bugs mineurs). Doc terminé. Envoyé aux cheftaines pour relecture. Il est minuit et demi.

Durant la demi heure écoulée, Poupette s’est réveillée deux fois. Les quelques heures qui nous séparent d’une nouvelle journée de boulot vont être ponctuées de réveils inopinés. Heureusement, Marie me ménage un peu en se levant voir la Poupette (qui pue, qui pète, mais qui surtout cette nuit a du mal à trouver le sommeil).

Il est 7h00. 7h20. Finalement, à 7h30 je finis par me lever. Douche, Nespresso (autre placement product) et zou, filage.

Dernier parti, premier arrivé (<– histoire de me faire plaindre un peu). Fignolages, débuggage. Le site est live, en temps et en heure. Le client est content. Nous aussi.

Le speed continue. Sauts de puces entre les différents dossiers. Sandwich avalé, c’est l’heure de décoller pour se rendre à notre « prez ». Sur place, tout à l’air de plutôt bien se passer. Rentré à l’agence. Re-échanges de mails. Un poil de factu, parsemé des commentaires des anges mac-addicts.

Départ (contraint et forcé) pour la maison. Poupette est encore debout. Sourires, câlins. Puis dodo. Marie et moi partageons une pizza devant le match de l’équipe de France. Ces derniers jours ont été speeds.

Et voilà, que je pose, macbook (pro s’il vous plait) sur les genoux, à tenter de télécharger iTunes 9. Puis, finalement, je repense aux 48 heures écoulées. J’ai de la chance. Je fais un boulot qui me plait, parfois un poil stressant. Mais, les gens avec lesquels je bosse méritent leur titre d’anges, et je remercie chaleureusement ces collègues, boss, presta ou clients qui, dans le feu de l’action, à H moins plus grand chose avant le grand raout, ont tous pris le temps de me demander des nouvelles de Poupette (m’assurant tous que c’est bien là l’essentiel).

C’est aussi ça : faire faire son rot à bébé…

billet initialement publié en janvier 2007

Je ne sais pas si c’est le sevrage tabagique (je crois pas, parce que pour le moment ça se passe plutôt bien), ou une maladresse quelconque, mais ce soir le slogan c’est : « pas de tabac, pas de pizza »

et depuis, j’ai pris quinze kilos…

Samedi soir, nous nous sommes rendus au restaurant Devant Vous, situé au 80 rue de Richelieu à Paris.
Le Devant Vous est un teppanyaki, c’est à dire un restaurant où un chef cuisinier prépare vos mets devant vous, sur une plaque chauffante (un petit tour sur Wikipediaet vous découvrirez qu’en japonais cela s’écrit 鉄板焼き, et que cela signifie littéralement « grillé sur une plaque en fer »)

Nous y sommes allés, forts du souvenir d’une séquence mémorable de l’aile ou la cuisse, film dans lequel le patron du guide Duchemin et son fils (campés par Louis de Funèes et Coluche) assistent à une démo impressionnante.

En ce qui me concerne, j’ai trouvé l’experience très sympa et suis resté en admiration devant notre cuisto. Pour vous présenter rapidement le restaurant… le Devant Vous, c’est 5 tables de 6 personnes. Installés à l’une d’elle, nous partagions notre chef avec 2 autres couples (c’est la règle… this is the law.)
Le chef a fait danser les entrées, puis les plats, fait flamber le boeuf avec du saké. Du grand spectacle. Les mets sont succulents (et je ne saurais que trop vous conseiller de prendre le riz sauté à la place du riz blanc).
Marie a mangé du boeuf à la carte et pour ma part, j’ai choisi le menu Paul San (aussi appelé Monsieur Paul), proposant en plus du boeuf une entrée composée de crevettes et de Saint Jacques. Le service est irréprochable.

Mais… Grave erreur que d’avoir pris les fruits de mer !!! C’est du moins la conclusion à laquelle j’arrive après cette matinée de dimanche qui m’a vu être malade comme un chien (que j’en ai encore mal aux côtes). (est ce quelqu’un a eu le même probleme d’intoxication alimentaire avec ce restaurant ?)

Bref, en attendant de savoir si les fruits de mer sont en cause, le Devant Vous est un bon restaurant (dans le doute prenez la viande), original (comme le Dans le noir. A faire une fois, histoire de.), peut-être un peu cher (environ 130€ à deux).

Est ce qu’il n’a pas baissé en qualité ? Je me suis posé la question quand au premier service de samedi dernier seules 3 tables sur les 5 que compte le restaurant étaient ouvertes…
(petite note d’humour : hum, j’ai bien dégusté… Deux fois !)

Et oui, deux ans déjà depuis ce fameux 16 juin 2007 où ils se sont dits « oui » 🙂

Cette année, ce sont les noces de… cuir ! J’avais une idée de cadeau, mais je sais pas si ça va passer… (cliquez sur « show »… ou pas)

[spoiler][/spoiler]

Moi et mes idées à la con lançons un tout nouveau concept révolutionnaire (je cherche un hashtag adéquat pour flooder sur Twitter) : l’auto-anniversaire-suprise.

Pas de long discours, je vous laisse découvrir les mails d’invitation envoyés… (et mes quelques commentaires)

Premier message :

J’ai pris exemple sur les meilleures agences de buzz marketing en mettant tous les destinataires dans le champs « A: ». C’est plus convivial. En fonction de la liste des destinataires, on peut choisir de venir ou pas, ça donne souvent des longues chaines de mail (Que Dieu bénisse le reply-to-all). Voici le message (l’identité des destinataires sera préservée, je me contenterai de quelques liens…)

Hello les zozos,

si tu reçois ce mail, tu fais partie des élus, de l’élite.
si tu n’en fais pas partie, c’est peut-être un oubli malheureux que quelqu’un de cette liste aura corrigé.


je lance un nouveau concept : l’auto-anniversaire-surprise (je feins super bien la surprise)

l’idée, vous vous pointez à 20h, avec vos moitiés et avec Greg Pairin (quelqu’un peut lui fwder) et avec d’autres gens (que j’aurais oublié, merci de me dire qui…)
: à Boulbi, lieu non défini, a priori hippo ou PDA, bref, un resto (comme ça on fait pas que boire)
timing : 20h-22h, y’en a pas mal qui ont école le lendemain, et nous en plus on a une puce à récupérer.
pourquoi faire : manger tous ensemble pour l’anniv de teuteu (attention, l’élément cité avant cette parenthèse n’est qu’un prétexte)
merci de : surtout ne pas vous pointer avec un cadeau (à moins que ce soit un mac mini ou un autre truc qui vale extrèmement cher)
pourquoi : parce que vous me gêneriez, parce que y’a que les cadeaux que je me fais qui me plaisent (marie confirmera), parce que ce rdv est un prétexte pour se voir, parce que j’ai déjà eu mes cadeaux,…
vous voulez toujours dépenser vos thunes : vous pourrez me payer un coup à boire sur place (voire si vous êtes un peu fous fous, me payer le resto, mais là, faudra faire vite).

bref, sur ce, j’attends de vous…
– de ne pas me prévenir de cet auto anniversaire surprise
– mais néanmoins de me dire avant mardi soir si vous venez et avec qui, et si je n’ai oublié personne dans la liste (j’ai fait comme les bonnes agences de buzz, j’ai mis tout le monde an « à: »)

je vous embrasse tous (ou vous serre virilement la main en fonction de notre degré d’intimité).

Seb

PS : ce mail risque de se voir publié sur teulliac, tant la conception rédaction est de haute volée.
PS2 : pendant ce temps, damdam suit la conf Apple dans mon dos.
Le plus galère, et ce n’es pas les meilleures agences de buzz qui me contrediront, c’est de récupérer les réponses des blogueurs castés. Après moultes efforts, deux sessions de phoning confiées à un stagiaire, une plateforme de relation agence-blogueur plus tard et quelques papiers dans les meilleurs canards de la profession, je balance le mail de « reveal », celui dans lequel je t’appâte avec des annonceurs de folie, la promesse de filles court vêtues (note à moi-même : prévoir quelques éphèbes, au cas où…). ça donne à peu près ça :
Hello à vous les incorruptibles, (je parle pour les blogueurs de la liste)

Les votes sont terminés. Maitre Najeur m’apporte l’enveloppe. Et le resto de l’édition auto-anniv-surprise 2009 est…

xxxxx, à Boulbi
xxxx
Tel : xxxx

Comme l’adresse l’indique, c’est sur la grand place, celle du cinéma, des restos… du PDA ! Je ne vous fais pas l’affront de vous communiquer les coordonnées GPS de ce haut lieu de la bobo-itude, de la branchouille boulonnaise.
Bref, rendez vous est donné à 20h, une table est réservée à mon nom.

Nous serons une tite quinzaine (pas mal pour un premier fan day).

Bon j’ai fait les calculs, pour les cadeaux vous avez les options suivantes (je vous laisse vous décider entre vous pour me faire la surprise, merci de me laisser en copie) :
– option 1 (petite amitié) : 80 euros par tête et je repars avec un mac mini
– option 2 (amitié moyenne) : 200 euros chacun et je repars en scooter
– option 3 (amis pour la vie) : ouverture d’un PEL : 300 euros par mois par personne pendant 10 ans et j’emménage dans un 3 pièces à Boulbi (en qualité d’actionnaires, vous serez naturellement conviés à participer au déménagement).

Les plus fins d’entre vous auront (je l’espère) saisi la blague. Le premier qui a la mauvaise idée de se pointer les bras chargés de cadeaux repartira immédiatement dans son costume de Père Noel.
(séquence émotion, mais qui je sais arrangera Stan) : mon seul cadeau, c’est vous.

Afin de finir sur une très cordiale poignée de main droite, je voulais faire un point sur les annonceurs de la soirée :
– Microsoft : distribuera des Windows Live ID
– Apple : s’est désisté au dernier moment.
– Amstrad : le croco n’est plus dispo, un stand en libre accès présentant le dernier 6128+ est prévu.
– Sécurité routière : si le temps le permet, après une démonstration de tonneaux en situation réelle, Karl Lagerfeld nous présentera ses derniers modèles de gilets jaunes.

La soirée se terminera, non pas en partie fine (ce qui ferait trop plaisir à Ravana<– attaque gratuite) avec un feu d’artifice tiré depuis la tour Eiffel. Si le temps est dégagé.

Je finirai ce (long) message (si arrivés ici, vous ne saignez pas du nez, envoyez moi un SMS) par un message d’amour et de paix entre les peuples et remercie notre bon président, sa sainteté le pape, les producteurs de beaujolais nouveau et Casimir pour leur soutien indéffectible.
Alléluia ! (et allez l’OM aussi)

Je vous embrasse tous, ou a minima vous serre la main de façon virile en vous regardant dans les yeux.

Amicalement vôtre,
Sébastien Brett Sinclair (qu’on sorte ce dernier du jury de la nouvelle star et qu’il se remette au turbin, feignasse !)

PS : je ne ferai pas la blaque habituelle « PS3 : jolie console »
PS2 : vous vous souvenez ?
PS3 : j’ai oublié ce que je voulais dire. Ah si… je me réserve le droit de publier ce mail sur mon journal en ligne dématérialisé accessible sur la toile du réseau mondial interdéconnecté en ligne.
PS4 : mails d’insultes, SMS d’encouragement, pigeons voyageurs de remerciement bienvenus.
PS5 : comme dirait mon boss, Alfred Kappas, grand fan de numérologie, 29 ans, ça fait 9-2 donc 7 comme windows 7 (libre adaptation des règles de la numérologie, mais c’est ça qu’est bon). <– pas la peine de lui répéter, ce sera en home du lifestream heaven demain à 10h 🙂

Sur ce, j’ai 29 ans, suis toujours aussi con, aime toujours autant Marie et Poupette, suis heureux que ce blog m’ait fait découvrir de nouvelles personnes (devenus des amis sincères).
Que Dieu bénisse le Guatémala et les îles Tovalu. Paix et félicité. Léon, ici Cognacq Jay, à vous les studios.
(note à ma famille : ce billet et les mails qu’il contient ont été rédigés sans avoir consommé aucun produit stupéfiant)

Grève et non pas boycott, car le Sushi Shop, c’est trop bon !

Pourquoi je suis mécontent ? Je lâche une thune folle au Sushi Shop de Boulogne (les zozos pour le maki Cyril Lignac, le california fried chicken, le chirachi de saumon, les deux paires de baguettes et la sauce sucrée, c’est nous !), et jamais le Sushi Shop ne m’a fait cadeau ne serait-ce d’une salade de choux.

C’est pas faute d’avoir accès à l’historique client. Un jour, un peu malicieux, après avoir énoncé mon numéro de téléphone, je demande la même commande que la dernière fois. Et hop, un saut dans l’historique client, transfert de la commande et c’est reparti.

Message personnel au Sushi Shop, qui il me semble veille le web, je veux bien être votre ambassadeur, votre mascotte, votre pro-bloggueur, me faire tatouer Sushi Shop sur la boule droite,… bref en bon blogueur je vendrais père et mère pour une marque (humour…).

Plus sérieusement, en bon client, ça me ferait plaisir d’être au moins reconnu au téléphone par un bonjour monsieur machin, vous allez bien ? comme la dernière fois ? je vous conseille d’essayer tel maki (voire le top du CRM, programme de fidélité client : avez-vous aimez les makis TNT ? En tant que bon client, permettez moi de vous offrir un maki French Touch, vous m’en direz des nouvelles lors de votre prochaine commande !)

C’est peut-être demander la lune, mais ce serait tellement bien d’initier une relation un peu plus profonde que le simple « votre numéro s’il vous plait » « je vous écoute pour votre commande » « vous réglerez comment ? »

Tout cela coûte de l’argent, tant dans la mise en place que dans l’animation du dispositif. SAchez, ô Messieurs du marketing Sushi Shop, que je serai prêt à être beta testeur, à payer un peu plus cher, voire souscrire un abonnement, pour profiter d’offres « club ».

Enfin, comme le côté blogueur-creuvard reprend toujours le dessus (humour), Monsieur Sushi Shop, j’t’organise un « fan day » avec moultes blogueurs VIP (Very Important Pique-assiettes) qui viendraient « défoncer le buffet » de makis et de sushi, le tout honteusement arrosé de champagne et qui derrière écriraient sans nul doute des articles dytyrambiques sur la marque Sushi Shop (un formulaire de contact est disponible ici). On pourrait même faire comme Mac Do a fait récemment et ainsi une belle brochette de VIB à passer en cuisine préparer des sushis (en utilisant la technique ancestrale du tassage à 2 doigts), des makis, etc…

Vous aurez compris que je rédige ce billet en attendant ma commande. délai annoncé : 40 minutes. Mon estomac se tord. Message personnel à Damdam, à l’équipe de Coup-de-vieux.fr : non, je n’ai pas commandé de chirachi de saumon (pas cette fois-ci, j’essaie de brouiller les pistes).

1 2 3 4 17