J’ai lu Astérix chez les Pictes

Je n’ai pas pu résister. Malgré la piètre qualité selon moi des derniers tomes. Lors d’une visite, que dis-je un pèlerinage, à la FNAC du tout nouveau tout beau centre commercial de Beaugrenelle, j’ai craqué. J’ai acheté Astérix chez les Pictes

Certains d’entre vous se diront peut-être : « quoi ? un blogueur qui achète des produits ? » Je pense que je reviendrai là dessus un de ces jours. J’ai donc acheté (payé avec du vrai argent de la vraie vie) la BD pour la lire tranquillement à la maison. (Le blogueur qui sommeille en moi brûlait, vous vous en doutez, de lire – gratuitement – ce nouveau tome, assis dans une allée de la FNAC).

Astérix chez les Pictes

Si on voit les noms des deux papas d’Astérix sur la couverture, ce ne sont pas eux qui en sont directement à l’origine. Ferri s’est collé aux textes et Conrad au dessin. Sans rien dévoiler de l’histoire, résumé en 140 caractères, ça pourrait donner un tweet du genre : Astérix part chez les Pictes, ça baffe du romain et puis banquet. Toujours des jeux de mots dans les noms des personnages, de la potion magique, de la bagarre,… Les ingrédients sont là. Et globalement, j’ai passé un agréable moment à lire cet opus.

C’est toujours agréable de lire un Astérix. C’est comme les Gaston, les Leonard ou encore les Achille Talon. Cela rappelle les vacances en famille, à l’heure de la sieste ou avant le coucher, quand chacun passe prendre une BD dans la bibliothèque. C’est l’occasion de « dealer » avec la belle-soeur ou le beau-frère : « je t’échange deux tomes d’Astérix contre un d’Achille Talon ».

La question que je me pose, c’est de savoir si nos enfants vont apprécier la rencontre avec ces personnages. D’une certaine manière, trentenaires ou quadra, on a été bercés avec Astérix et compagnie. Aujourd’hui, c’est plutôt Monster High ou Little Pet Shop qui font « kiffer » les (très) djeuns. Faut-il qu’on gonfle nos gamins avec Leonard le génie, Gaston Lagaffe et tutti quanti, comme nos parents ou grands parents ont pu nous gaver avec les histoires de Michel Vaillant,…

Message à Mini-Teulliac : je me débarrasse progressivement de mes jeux vidéos. Pour les romains et autres bouquins, je te montrerai à quoi ressemble l’objet « pour info », toi qui va découvrir les aventures du Petit Nicolas ou les Malheurs de Sophie sur un Kindle. Je te garde les BD bien au chaud (sauf si un lecteur numérique au format BD venait à voir le jour). Je ne sais pas si mes lectures te plairont. T’auras le droit de me dire que je te gave avec mes vieilleries. Allez, bisou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *