J’ai lu L’armée furieuse de Fred Vargas

Lors de mon pèlerinage hebdomadaire à la FNAC, en revenant du rayon bande-dessinée, que n’ai-je pas vu en « TG » (ou « tête de gondole » pour les néophytes du verbiage marketo-merchandising) ? Le dernier ouvrage de Fred Vargas. Je vous épargne la tentative hasardeuse de biographie de cette auteure – oui, j’utilise le féminin car il me semble bien que la dite Fred Vargas n’a pas les gonades qui pendouillent -, car il ne vous suffira que d’une requête dans votre moteur de recherche préféré (Bing ?) pour trouver le chemin de la fiche Wikipedia, rédigée par des internautes bien plus au fait que moi.

Mais revenons-en à Fred Vargas. J’ai donc fait péter la carte FNAC et gratté au passage mes 10 points de fidélité (encore quelques milliers et je bénéficierai d’un bon d’achat de 10 euros, youhou !). Je ne compte plus le nombre d’ouvrages très sérieux (bandes-dessinées, comics) qui attendent d’être ouverts et lus. Plutôt que d’attendre de tomber par malheur sur un spoiler, j’ai décidé de bousculer ma reading-list et d’attaquer « asap as possible » (c’est vous dire l’urgence) la lecture de ce roman.

Lundi matin, 8h et des bananes, le cul vissé à un strapontin d’une rame de métro bondée (oui, en qualité de sale con de classe internationale, je n’ai que faire des autres voyageurs), j’ai commencé la lecture du roman policier.

L’histoire en 140 lettres : (est ce qu’on a déjà pensé à faire des micro-revues de romans ou films sur Twitter ?)

L’armée furieuse raconte l’enquête d’Adamsberg sur les meurtres commis par le seigneur vengeur Hellequin. A l’intrigue s’ajoutent 2 pigeons.

L’histoire en un peu plus de lettres

L’armée furieuse est une horde de morts vivants emmenés par le Seigneur Hellequin, lequel punit de mort les auteurs de crimes impunis. Lina Vendermot a vu passé l’armée sur le chemin de Bonneval. En sa qualité d’observatrice, elle a le devoir de partager cette vision afin de laisser une chance aux « saisis » d’éviter une fin précoce. Quelques temps après cette vision, le salaud d’Herbier (un chasseur sanguinaire) est retrouvé assassiné près de l’église.

Pendant ce temps à Paris, le « pelleteux de nuage » Jean-Baptiste Adamsberg recherche l’enfant de catin qui a lié les pattes d’un pigeon, l’empêchant ainsi de voler. Avant d’être également chargé du cas de Momo mèche courte, incendiaire gaucho soupçonné d’être le meurtrier d’un riche industriel, le commissaire reçoit la visite de Vendermot mère, petit être fragile qui pourrait s’envoler à la première rafale.

L’histoire se noue rapidement et de fil en aiguille, Adamsberg se retrouve avec son tout récent fils « Zerk » en Normandie sur les traces de la Mesnie Hellequin (l’armée furieuse).

Je suis bien évidemment tenté de spoiler la fin et de révéler ici le nom du, de la ou des meurtriers… juste histoire d’être un peu plus détesté. Je n’en ferai rien par respect pour l’auteure qui mérite d’être lue ! Si vous avez déjà dévoré les autres bouquins de la Fred Vargas, foncez sur ce dernier ouvrage. Si vous ne connaissez pas, je vous invite à commencer par le début et à vous réserver L’armée furieuse pour la fin (les précédents romans campent les personnages et leur originalité respective).

Je paie mon jeu-concours…

J’ai acheté ce roman pour l’anniversaire de belle-maman, mais manque de bol, elle se l’est déjà offert. Aussi, avec la flemme qui pourrait me caractériser, je renonce à tenter un retour/échange à la FNAC et vous propose de gagner ici cet exemplaire (pas) dédicacé. Pour tenter votre chance, laissez un commentaire : un truc intelligent ou pas sur Fred Vargas et son oeuvre. Je vais attendre quelques jours et désignerai (s’il y a des commentaires) un gagnant, que je contacterai par email.

Disclaimer : il ne s’agit PAS d’une opération sponsorisée. L’achat du livre s’est fait sur mes deniers. Je prendrai également en charge l’envoi du livre.

5 comments

  • TuRn3r

    « L’Armée Furieuse » est, sans conteste, avec « l’Homme à l’envers » et « Pars Vite et Reviens Tard », l’un des meilleurs romans de Fred Vargas,
    grande reine du polar français. A lire !

  • TuRn3r

    « L’Armée Furieuse » est, sans conteste, avec « l’Homme à l’envers » et « Pars Vite et Reviens Tard », l’un des meilleurs romans de Fred Vargas,
    grande reine du polar français. A lire !

  • Tania Chaboud

    moi j’avais pas de commentaires ( jamais lu aucun opus de l’auteure), juste que j’avais toujours après lecture, voir + si affinités, envie de le lire 

  • Tania Chaboud

    moi j’avais pas de commentaires ( jamais lu aucun opus de l’auteure), juste que j’avais toujours après lecture, voir + si affinités, envie de le lire 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *