[Litt.] Un lieu incertain de Fred Vargas : PLOG !

Merci Fanny. Coquille coRRigée 🙂

J’ai découvert Fred Vargas grâce à ma belle famille il y a quelques temps déjà. Après un détour par quelques ouvrages de science fiction, j’ai eu envie de retrouver le commissaire Adamsberg et son acolyte Adrien Danglard. J’ai donc réattaqué avec Un lieu incertain.

Adamsberg et Danglard sont invités à un colloque londonien rassemblant la crème des polices européennes. Sur place, ils découvriront des pieds dans leur chaussure à l’entrée du cimetière d’Highgate, au lieu du vampirisme londonien… jusqu’ici on se demande bien en quoi cette enquête concerne nos deux policiers français (si ce n’est la réputation d’être mal chaussés).

De retour sur le territoire, Adamsberg, Danglard et l’équipe d’inspecteurs se rendent sur le lieu d’un crime. Sur place, ils découvrent un corps entièrement réduit en morceaux, pulvérisé.

Un cadavre en miettes, une carte postale écrite en allemand renvoyant vers un meurtre similaire… et toujours ces chaussures à l’entrée de Highgate… L’enquête démarre (avec un témoin que tout accable). Elle va entrainer Adamsberg le rêveur jusqu’à Kiseljevo, en Serbie, sur les traces des dentus et du Zerquetscher…

Beaucoup de choses à raconter, de personnages qui vont croiser la route du commissaire, mais je m’arrêterai ici de peur d’en dévoiler trop et de gâcher le plaisir du futur lecteur. Un roman policier étonnant, flirtant avec le fantastique, le gothique, le rêve…

C’est toujours un plaisir de lire Fred Vargas. J’aime cette écriture facile, la profondeur des personnages (que l’on aime retrouver d’une enquete à l’autre), le mystère obscur jusque dans les dernières pages. A lire absolument !

2 comments

  • isabelle

    J’adore Fred VARGAS. Tu devrais vraiment les lire par ordre chronologique, la découverte progressive des personnages prend alors tout son sens.
    Sinon, le meilleur de tous est sans nul doute « dans les bois éternels », celui d’avant un lieu incertain.
    Merci à Fred Vargas pour ces personnages si bien esquissés, si bien croqués et tellement hors des clichés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *